Mario Tessier a entamé, jeudi, le rodage de son one-man-show Transparent.

Mario Tessier est «transparent»

TROIS-RIVIÈRES — Mario Tessier a entamé le rodage de son deuxième one-man-show Transparent, jeudi soir, à la salle Anaïs Allard-Rousseau de Trois-Rivières. L’humoriste met ses «trips s’a table» à l’occasion de ce nouveau spectacle solo.

Après avoir opté pour une formule très personnelle et théâtrale pour son premier one-man-show Seul comme un grand, Tessier revient à la charge avec une formule complètement différente, où transparence et simplicité sont les principaux mots d’ordre.

«Il y avait un aspect théâtral très présent dans mon premier spectacle. Maintenant, on est plus dans le stand-up, on est complètement dans autre chose. Je voulais vraiment faire un clash entre les deux parce que tant qu’à sortir un autre show, je voulais offrir une proposition différente», a-t-il expliqué.

Le nom du spectacle Transparent n’a pas été choisi au hasard. L’humoriste de 47 ans souligne plutôt que le thème principal du spectacle vient d’une quête personnelle qu’il tente d’accomplir en vieillissant.

«Ça part d’une espèce de quête que je pense qu’on a tous en vieillissant. C’est de se dire peut-être que je devrais avoir moins de bullshit dans ma vie, peut-être que je devrais être plus transparent tout le temps, avec tout le monde. Tu te rends compte que c’est un vœu plus qu’une réalité parce que tu ne peux pas être vraiment transparent tout le temps. Les gens te demandent la vérité, mais ils ne sont pas contents de l’entendre. [...] C’est vraiment la transparence à l’état pur. Il y a beaucoup d’autodérision, en fait, je n’ai rien à mon avantage», a-t-il fait remarquer en riant.

Mario Tessier a opté pour un décor tout en simplicité pour son deuxième one-man-show, alors que seul le mot «Transparent» apparaît derrière lui pendant le spectacle.

Dans ce spectacle, Tessier est entièrement transparent d’un bout à l’autre. «Ça va même jusqu’aux vêtements. Tu ne peux pas te dire que tu es transparent si tu te caches derrière un ‘‘suit à mille piastres’’. C’est d’arriver sur scène et de ne se cacher derrière aucun artifice. Il n’y a pas de rideaux, pas de pendrions, je ne me cache en arrière de rien. C’est un gars, un texte, des gags, c’est tout», a-t-il ajouté.

En effet, Tessier ne se cache derrière aucun «artifice» alors que la seule pièce du décor est le mot qui porte le nom de son spectacle.

«Une ville porte-bonheur»

L’ancien des Grandes Gueules n’a pas commencé sa tournée à Trois-Rivières sans raison. Il a décidé de le faire où tout avait commencé lors de son premier one-man-show. «C’est un peu une ville porte-bonheur parce que quand j’ai fait mon premier show, je l’ai fait ici, à Trois-Rivières. Ça avait bien été et comme je suis superstitieux, je me suis dit que j’allais recommencer à Trois-Rivières», a-t-il confirmé.

Rencontré par Le Nouvelliste quelques heures avant le début de la toute première représentation, Tessier se sentait très fébrile et s’attendait à une bonne réception du public. «Je suis fébrile, nerveux, mais excité. Trois-Rivières est un très bon public. [...] Tout ça, c’est juste du crémage. Mon gâteau est là, c’est moi qui l’ai préparé. Le reste, ce sont toutes les étages du gâteau qui prennent forme», a-t-il imagé.

Celui qui se définit comme un «clown» s’estime privilégié de pouvoir présenter une deuxième tournée solo. «Ça m’apporte tout, c’est ce que j’aime le plus faire dans la vie. Il n’y a rien qui bat le sentiment d’être sur scène, tu ne veux jamais que ça s’arrête», a-t-il avoué.

Mario Tessier sera à Trois-Rivières pour encore sept représentations, soit les 23, 24, 28, 29, 30 et 31 août ainsi que le 1er septembre.