Marc Dupré

Marc Dupré à l’Amphithéâtre Cogeco: attention aux fraudeurs sur Facebook

TROIS-RIVIÈRES — Le chanteur Marc Dupré, qui sera en spectacle ce vendredi à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, informe ses fans et les abonnés de sa page Facebook qu’une fraude circule présentement sur les réseaux sociaux, fraude qui pourrait faire en sorte que des admirateurs du chanteur voulant assister à son spectacle à Trois-Rivières se fassent prendre.

En fait, l’équipe du chanteur a fait circuler un concours sur la page officielle de Marc Dupré afin de faire gagner des billets pour son spectacle. Or, des fraudeurs usurpent actuellement l’identité du chanteur pour contacter des participants en messagerie privée et leur faire croire qu’ils ont remporté des billets. Or, pour réclamer leur lot, les victimes de la fraude sont invitées à téléphoner à un numéro qui débute par 1-900, ou encore à fournir un numéro de carte de crédit.

«Ça fait un bout de temps que ça dure et on constate que ça n’arrête pas. C’est arrivé aussi lors de ses spectacles au Centre Vidéotron ou au Centre Bell, et c’est vraiment bien malgré nous», explique Narimane Doumandji, relationniste de presse de Marc Dupré. Cette dernière explique qu’en aucun moment, les véritables gagnants des billets ne devraient fournir un numéro de carte de crédit ou encore téléphoner à un numéro de téléphone commençant par 1-900 pour réclamer leur lot.

L’équipe de Marc Dupré explique que les véritables gagnants sont contactés par messagerie privée via Facebook, mais qu’ils sont plutôt invités à contacter la responsable du concours à un numéro commençant par 1-450. Si ce numéro représente un interurbain pour le ou la gagnante, à ce moment c’est la responsable du concours qui communiquera par téléphone avec son interlocuteur. Par la suite, on leur indique uniquement que les billets seront laissés à leur nom à la billetterie de la salle, où ils pourront les récupérer avec une pièce d’identité.

«À aucun moment, un gagnant ne doit débourser de l’argent pour pouvoir récupérer ses billets», prévient Narimane Doumandji.