Le grand gagnant de La Voix 5 Ludovick Bourgeois sera le centre d'intérêt du spectacle qu'offriront les huit derniers candidats retenus dans l'émission le 16 juin à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

Ludovick Bourgeois: «Que du gros bonheur!»

Deux jours à la pêche. C'est la seule pause que Ludovick Bourgeois a connue depuis la finale de La Voix qu'il a remportée le 7 mai dernier. Il se consacre à gérer le tourbillon dans lequel l'affection du public l'a plongé et ne s'en plaint aucunement.
«C'est assez turbulent, mettons, commentait-il mardi en entrevue téléphonique. En plus, je ne m'attendais pas du tout à gagner. En fait, je commence à peine à le réaliser. En ce moment, 100 % de mon temps est consacré aux retombées de La Voix mais je peux dire que tout ça n'est que du gros bonheur.»
La sympathique candeur qu'il dégage n'est sans doute pas étrangère à son succès et ses propos en demeurent empreints. «Je suis encore surpris chaque fois que des gens m'abordent pour me féliciter mais je dois dire que je me sens assez à l'aise là-dedans. Ça n'a rien d'une corvée.»
Il n'y a d'ailleurs pas que le public qui le sollicite puisque Ludovick Bourgeois sera la tête d'affiche de la tournée de spectacles que La Voix 5 entreprendra à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières le 16 juin.
Le jeune homme de 24 ans y occupera la scène en compagnie des sept derniers candidats de l'émission à avoir été éliminés. Inutile de préciser que le délai avant cette première est court.
«On a commencé les répétitions hier (lundi). Les mercredis, jeudis et vendredis, ce sont des journées de 12 heures. C'est beaucoup mais c'est un gros spectacle avec beaucoup de choses à placer. On tient vraiment à offrir quelque chose de spectaculaire.»
«C'est beaucoup de travail mais ça se fait avec des gens tellement cool que ce n'est pas pesant pour personne. On s'entend super bien tout le monde ensemble, tout se fait dans le plaisir. Entre interprètes, on a développé une chimie: on a vécu tellement de trucs et on a porté quelque chose de si fort qu'il en reste forcément quelque chose. C'est simplement le fun de se revoir et de poursuivre l'aventure ensemble.»
On ne doit pas compter sur lui pour dévoiler les secrets de ce spectacle, mais il accepte de révéler des indices. «Ça va être basé sur les moments forts de l'émission. En plus, on va leur réserver beaucoup de surprises ainsi que des invités spéciaux. Les numéros présentés sous pression lors de l'émission, là, on a le temps de les répéter alors, ça va être encore meilleur.»
«De mon côté, je vais être dans plusieurs numéros, dont quelques surprises. Je sais que les gens vont aimer ça: avec un concept de Stéphane Laporte, on ne peut pas se tromper. On a une très grosse équipe de professionnels derrière ça dont cinq musiciens extrêmement impressionnants sur la scène.»
«J'ai pu voir des photos de l'amphithéâtre à Trois-Rivières, et c'est vraiment un endroit superbe sur le bord de l'eau. Ça a l'air super cool. J'ai vraiment très hâte.»
Malgré le travail qu'exige cette tournée, le grand gagnant est sollicité pour d'autres mandats tout aussi excitants. «Je fais des apparitions dans les spectacles d'Éric (Lapointe). On en a un en fin de semaine et dimanche, je ferai une apparition au Téléthon Opération Enfant Soleil. Disons que ça déboule pas mal mais j'adore ça.»
Le jeune homme demeure conscient que la frénésie n'aura qu'un temps. «Je sais que c'est un gros boum normal après la fin de l'émission mais c'est moins l'intensité immédiate qui m'intéresse que la longueur de la carrière. J'aime tellement ce métier que je vise à le faire le plus longtemps possible.»
Sage approche à laquelle son célèbre papa Patrick n'est peut-être pas étranger, lui qui a connu une popularité à peu près aussi grande à une autre époque.
«Il m'a dit de profiter de tout ce qui m'arrive, d'apprécier chaque moment et aussi d'absorber l'amour que je reçois de tout le monde. Nous savons que ça peut arrêter demain matin alors c'est un immense privilège. Il m'a surtout dit qu'on ne doit jamais tenir ça pour acquis.»
Cette gloire soudaine n'est cependant pas faite que d'amusement. «Ce n'est pas juste des cocktails, des 5 à 7 ou des shows: il y a beaucoup de travail derrière tout ça. Les gens me parlent assez souvent de mon espèce de nonchalance sur scène mais c'est vraiment une impression parce qu'il y a beaucoup de préparation derrière chaque numéro.»
Il en veut comme preuve son moment le plus fort vécu pendant l'expérience télévisuelle: «Le souvenir le plus fort, c'est sans doute la finale de la dernière émission. On avait beaucoup de numéros à monter. Moi, j'habite sur la rive nord de Montréal et il m'a fallu dormir au centre-ville juste pour sauver une heure de transport quotidien: ça donne une idée du travail qu'on a eu à accomplir. Quand Charles a nommé mon nom sur scène, ça va rester un souvenir inoubliable. Même si j'étais un peu dans les vapes, en toute honnêteté. C'était tellement intense!»
De toute cette expérience, il retient comme principale leçon l'extrême application que ce travail exige.
«J'ai été un peu surpris de toute la rigueur que ça demande et je suis super content d'être passé à travers tout ça. De nature, je ne suis pas forcément le gars le plus rigoureux mais là, je vois bien que c'est essentiel dans tous les aspects. Il faut prendre soin de soi pour être toujours en mesure de donner le meilleur de soi-même. Même quand tu vas simplement rencontrer le public, c'est important de lui donner le meilleur de toi-même à tout moment. Il mérite ça.»