La programmation de la prochaine saison de spectacles au Grenier du Magasin général Le Brun de Maskinongé a été présentée mardi par les responsables qui sont, de gauche à droite: Richard Vienneau, Isabelle Thibeault et Louis-Simon Vienneau.

L'Grenier du Magasin général Le Brun: dix ans à maintenir le cap

TROIS-RIVIÈRES — La prochaine saison de programmation de la salle L’Grenier à l’étage du Magasin général Le Brun de Maskinongé sera la 10e de son histoire. Dans le contexte de l’industrie québécoise du spectacle, la chose relève sinon de l’exploit, au moins d’une réjouissante réussite.

Preuve de ce succès, quelques chiffres concernant la dernière saison: on a présenté 85 spectacles dont 51 à guichet fermé. On a enregistré un taux d’occupation de la salle de l’ordre de 90 % pour un total de 9000 billets vendus. Pour ce qui est de la saison 2019-2020 dévoilée mardi après-midi, on a prévu 64 spectacles mais les propriétaires Isabelle Thibeault et Richard Vienneau ont fait savoir qu’ils se sont laissés quelques espaces libres pour ajouter des supplémentaires ou des trouvailles de dernières minutes pour compléter une programmation qui devrait offrir autant de spectacles que la dernière saison.

Le succès continu du Grenier est aussi particulier que surprenant et la conférence de presse de dévoilement de la programmation a permis d’en voir un élément: près de 150 habitués étaient présents non seulement pour prendre connaissance du contenu de la saison mais aussi s’assurer d’obtenir des billets en priorité pour leurs spectacles de choix parce que le système de vente de la salle exige qu’on passe la commande par téléphone ou en personne. Au terme de la conférence de presse, une filée de clients congestionnait l’espace restreint du Magasin général Le Brun pour obtenir leurs précieux droits d’entrée pour la salle pouvant accueillir 120 personnes.

La programmation a dû plaire aux habitués. La saison débutera le 14 août avec Mario Jean qui sera de retour le 20. Daniel Boucher y sera le 23. En septembre, on retrouvera Pagliaro (6), Forest Boys (7), Tire le coyote (13), Kevin Parent (19), Salebarbes (20), Paul Deslauriers Band (21), Marco Calliari (27) et Hugo Lapointe, le 28.

En octobre, place à Les Hommes viennent de Mars, les Femmes de Vénus (4), Seb Musique Shop (5), Steve Hill (11), Zachary Richard (12 et 13), Bruno Pelletier (18 et 19) et Yoan (26).

En novembre: Émile Bilodeau (1er et 2), Jean Thomas Jobin (8), Joe Bel (9), Bears of Legend (15 et 16), Brigitte Boisjoli (23) et Angel Forrest (29 et 30).

En décembre: Matt Lang (5 et 6), Bleu Jeans Bleu (13), Giorgia Fumanti (14), Alain François (20 et 21), Les Cousins Branchaud (27) et Carotté (28).

Janvier sera encore tranquille avec deux seuls spectacles: Colin Moore (11) et Marie-Pierre Arthur (25). En février, on retrouve Beyries (6 et 7), Guy Bélanger (8), Sally Folk (15), Daniel Grenier (21), Wilfred LeBouthillier (22) et le projet Tentation d’Yves Lambert (29).

Mars amènera Jonathan Painchaud (6), Sylvain Larocque (7), Nicola Ciccone (14), Mononc’Serge (20), Adam Karch (21), Elliott Maginot (27) et France D’Amour (28).

En avril, on verra Sam Tucker (4), Bodh’aktan (10 et 11), Jonas Tomalty (17), Mack & Ro (18) et Alexandre Poulin (24 et 25).

Finalement, en mai, on pourra voir et entendre Valérie Carpentier (1er), David Jalbert et Bronko (2), Stéphane Fallu (9), Laurence St-Martin (16) et Will Driving West (30).

On retrouve une majorité de valeurs sûres avec quelques découvertes dans le respect de ce qui plaît à la clientèle que les propriétaires commencent à bien connaître. «Étant donné que les gens doivent se déplacer pour venir ici, ils sont moins enclins à venir faire des découvertes alors, on a une majorité d’artistes qui sont déjà établis ou qui sont déjà venus», indique Richard Vienneau.

«Le succès de notre salle tient à un élément bien simple: le public, affirme simplement Isabelle Thibeault. On les écoute et on fait des pieds et des mains pour leur offrir ce qu’ils demandent et ils nous sont très fidèles. Rien qu’aujourd’hui, ils sont 150 pour venir prendre connaissance de la programmation alors qu’elle va être sur Internet dès ce soir. Certains font une heure de route juste pour venir à la conférence de presse. C’est la petite tape dans le dos qu’on reçoit à chaque année. Ça fait partie de l’expérience du magasin général Le Brun.»

«Il faut dire que les billets pour les spectacles les plus populaires s’envolent rapidement, précise Richard. Ce soir, on va être au téléphone jusqu’à 23 h pour prendre les commandes et ça va repartir dès demain matin. En venant à la conférence de presse, les gens s’assurent d’obtenir les billets qu’ils veulent.»

Le succès improbable de cette salle de spectacle située à bonne distance des grands centres tient à l’expérience unique et singulière qu’elle procure et aussi à la synergie des diverses activités sur le site. «On a fait connaître la salle en invitant les clients du magasin à venir la voir alors que le café fonctionne beaucoup grâce à la salle: tout ça s’inscrit dans un ensemble. Aujourd’hui, les gens savent que la salle est spéciale et qu’il se passe toujours quelque chose d’unique lors des spectacles. On continue quand même à faire du développement de clientèle parce qu’il faut qu’elle se renouvelle constamment. On est chanceux parce qu’on a une belle clientèle et un taux d’occupation de 90 %, c’est vraiment bon sauf que pour une salle de la dimension de la nôtre, on est condamnés à être pratiquement plein pour être rentables.»

Dans un autre ordre d’idée, les propriétaires se disent très satisfaits de leur établissement à Trois-Rivières malgré les hivers plus tranquilles comme dans l’ensemble du centre-ville et affirment sans hésitation qu’ils y sont pour rester.