Dawn Tyler Watson

Les sorties de la semaine

Dawn Tyler Watson sait ce qu’elle aime et n’a aucune envie de s’en priver. D’ailleurs cette talentueuse chanteuse serait bien malheureuse de se limiter à un seul créneau musical. Les étiquettes, ce n’est pas pour elle. «Le blues est comme un gros pot dans lequel on peut mettre le rock, le soul, le gospel. C’est pour cette raison que j’adore le blues. Mon style est difficile à étiquetter. Je ne suis pas que soul, rock ou gospel. Ça fait partie de ce que j’aime. Ça représente bien mes influences aussi. C’est ma joie de chanter tous ces styles», raconte la sympathique Montréalaise dans un français très respectable.

Cette voix que les gens ont entendue à plusieurs reprises dans le cadre de Trois-Rivières en blues se module au gré de l’inspiration de la chanteuse qui écrit la grande majorité de ses chansons. Elle a d’ailleurs signé 10 des 13 morceaux de son dernier album Jawbreaker, sorti en 2016. C’est en bonne partie ces pièces qu’elle présentera lors de son passage au Centre des arts de Shawinigan, le 9 mars, et au Complexe culturel Félix-Leclerc de La Tuque, le lendemain.

La prestation s’annonce des plus intéressantes puisque c’est un band de huit musiciens qui se déplacera sur les planches mauriciennes. «Avec les cuivres, c’est vraiment très énergique. Pour moi, en spectacle, le plus important c’est d’avoir une chimie avec le public. C’est vraiment un échange d’énergie. Il y a un bon mélange de styles et je veux partager toutes les émotions», raconte-t-elle en précisant qu’elle compte bien s’adresser à la foule en français.

Le public peut s’attendre aussi à être initié à des nouveautés, puisqu’elle travaille sur un nouvel opus qui devrait sortir cette année. Un disque qui, souhaite-t-elle, réflétera la pluralité des styles qu’elle chérit.

«Avec cet album, bien qu’on soit juste au début, je souhaite avoir un meilleur fil conducteur. Il va y avoir toutes mes influences mais le tout sera plus uniforme», confie celle qui s’entourera encore une fois du Ben Racine Band.

Afin de créer ce nouvel opus, elle puise autour d’elle pour l’inspiration des textes.

«Je m’inspire de la vie, la mienne, celle des autres, celle de mes amis. La population humaine, les combats de la race humaine. Je m’inspire beaucoup juste du fait d’être vivant sur cette planète.»

Une planète qu’elle parcourt avec grand bonheur avec sa musique. «Je trouve que je suis tellement bénie de faire ça. Il y a peu de gens qui font ça. C’est une chance et une joie pour moi».

Un duo réuni dans l’absurdité

Les amateurs d’humour absurde sont probablement des habitués des capsules vidéo mettant en vedette l’ancien Chick’n Swell Daniel Grenier et Silvi Tourigny, alias Carole aide son prochain. 

Depuis quelques mois, le duo trimballe son matériel sur scène. «On s’est dit qu’on pouvait partir ensemble, avec un spectacle commun et la réception a été bonne. Il y a un buzz, les diffuseurs ont confiance», se réjouissait Daniel Grenier lors d’une entrevue accordée à La Tribune avant le début de la tournée.

Curieusement, si les deux humoristes viennent tous deux de Victoriaville, c’est dans la région montréalaise qu’ils ont fait connaissance. Fascinés par le personnage de Carole, les Chick’n Swell avaient demandé à Tourigny de les accompagner à titre d’hôtesse à l’occasion d’un des galas des Olivier qu’ils ont animés.

Dans les dernières années, Daniel Grenier était en tournée avec Mike Ward, alors que Silvi Tourigny accompagnait Cathy Gauthier, ce qui a permis à chacun de gagner en expérience et en popularité. Si leurs candidatures deviennent de plus en plus intéressantes, séparément, elles ne suffisaient pas encore à intéresser une grande quantité de diffuseurs.

Dans Daniel et Silvi jouent ensemble, qu’ils présenteront au Théâtre du Cégep de Trois-Rivières le 9 mars, les deux humoristes feront un peu plus d’une trentaine de minutes chacun de leur côté et intégreront des numéros en duo. «Elle viendra faire quelques interventions dans ma partie et je vais aller la déranger un peu pendant la sienne. Ça se fait tout naturellement, elle est tellement fine et elle a du talent au boutte. C’est une femme avec une grande écoute, ça rend les choses très faciles, affirme Grenier. Je souhaite sincèrement que cette belle aventure fasse de nous de meilleurs humoristes et de meilleures personnes», ajoutait-il. 

En collaboration avec La Tribune

En rafale

Jeunesse

> CONCERTO DE BRUITS QUI COURENT Théâtre A Tempo | Salle Anaïs-Allard-Rousseau, 5 mars à 10 h

> LES P’TITES VUES Films courts pour ADOS | Centre culturel Pauline-Julien, 8 mars à 14 h

Théâtre

> LIM | Louis-P.-Poisson, 6 mars à 20 h

Humour

> Anthony Kavanagh Showman | J.-A.-Thompson, 8 mars à 20 h

> Daniel et Silvi jouent ensemble | Théâtre du Cégep de Trois-Rivières, 9 mars à 20 h

Musique

> Patrick Norman Imprévisible | J.-Antonio-Thompson, le 9 mars à 20 h

> À l’ouest de la Volga Série musique à St. James | Église St. James, le 11 mars à 15 h

> LA COMPAGNIE CRÉOLE 30 ans de fêtes au Québec | Salle J.-Antonio-Thompson, 11 mars à 20 h

> CALUM GRAHAM | Maison de la culture Francis-Brisson, 8 mars à 20 h

> DAWN T. WATSON | Maison de la culture Francis-Brisson 9 mars à 20 h et au complexe culturel Félix-Leclerc, le 10 mars 20 h

> Marie–Élaine Thibert Édith et moi | Moulin Michel de Gentilly, 9 mars à 20 h

> Dumas | Magasin général Le Brun, 10 mars à 20 h

> Ghost Town Blues Band Première partie Night Blumers | Cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco, 10 mars à 20 h

> Tire le coyote Désherbage | Théâtre Belcourt, 10 mars à 20 h