Valérie Therrien, directrice du Musée Pop à Trois Rivières, constate un changement positif sur l’entrée gratuite dans les musées à chaque premier dimanche du mois.

Les musées gratuits: une combinaison gagnante?

TROIS-RIVIÈRES — La gratuité des musées à chaque premier dimanche du mois démontre des résultats variés pour certaines institutions muséales de la région. Une nouvelle initiative du gouvernement du Québec pour donner un meilleur l’accès à la culture québécoise.

Depuis le 3 juin dernier, le gouvernement du Québec a mis en place une nouvelle mesure visant à faciliter l’accès à la culture québécoise. Chaque premier dimanche du mois l’entrée est gratuite dans une grande partie des institutions muséales du Québec.

Rappelons que cette initiative découle du programme d’Aide au fonctionnement des institutions muséales (PAFIM) et vise à rendre accessibles au public les différentes richesses muséales. Sur une base volontaire, les musées pouvaient prendre part au programme. Pour la Mauricie, environ une dizaine d’entre eux y ont adhéré.

Deux dimanches se sont écoulés depuis la mise en place de cette nouvelle mesure et, jusqu’ici, les résultats présentent des directions opposées.

Pour le Musée Pop, c’est plus du double de personnes que l’an dernier qui sont venues profiter de l’entrée gratuite. Parmi eux, 60 % des gens venaient de l’extérieur de la région.

«C’est l’fun de savoir que les gens se déplacent de l’extérieur de la région pour venir chez nous. Ça permet de créer un happening durant ces dimanches-là», mentionne Valérie Therrien, directrice du Musée Pop.

Même s’il est encore trop tôt pour se prononcer sur les répercussions de cette nouvelle mesure, la directrice du Musée Pop remarque que, comparativement à l’an dernier, c’est une augmentation d’environ 25 % pour les visites payantes des deux premiers dimanches. Il faut savoir que l’entrée gratuite du Musée Pop ne couvre que les visites autonomes.

Un son de cloche différent
C’est un tout autre scénario que présente le Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac et le musée des religions du monde de Nicolet. L’entrée gratuite ne semble pas faire une grosse différence pour la fréquentation. «Il n’y a pas de différence majeure sur l’achalandage. C’est plus le bouche-à-oreille qui informe les gens et qui les attire. Les visiteurs ont eu une bonne expérience, donc ils en parlent», souligne Kim Gladu, adjointe à la coordination par intérim du moulin seigneurial de Pointe-du-Lac.

La situation est similaire pour le musée des religions du monde. «Le trois quarts des gens ne sont pas au courant, ils viennent visiter le musée, mais ne savent pas du tout que c’est gratuit», ajoute Jean-François Royal, directeur du musée.

Un mal pour un bien
Afin de pallier les pertes de revenus engendrées au cours de l’été, le gouvernement remettra l’an prochain une compensation. Monsieur Royal estime que jusqu’ici cette compensation promise ne sera pas suffisante pour couvrir les pertes engendrées par les journées d’entrées gratuites.

Même si le musée est peu fréquenté les premiers dimanches du mois, cela permet selon lui de diminuer les impacts négatifs du point de vue financier. «Les dimanches gratuits, moins il y a de monde, plus je suis content», ajoute-t-il.