Le propriétaire du cinéma Le Tapis Rouge, Jacques Foisy.

Le Tapis Rouge: «Notre meilleur automne à vie»

L'année 2015 avait été une bonne année pour le cinéma québécois, il en est autrement pour 2016 où on a enregistré une baisse de 30 % du taux de fréquentation dans les salles du Québec. Une statistique qui doit être prise avec un grain de sel selon le propriétaire du cinéma Tapis Rouge qui, de son côté, a connu une fin d'année particulièrement bonne après une fermeture de deux mois à l'été 2016.
«On a repris nos activités en septembre et je peux vous affirmer qu'on a eu notre meilleur automne à vie. C'était remarquable, en plus de la période des Fêtes qui a bien été. On a eu un achalandage supérieur de 40 % cette année parce qu'on avait une programmation plus forte que dans le passé», a commenté d'entrée de jeu le propriétaire du cinéma Le Tapis Rouge, Jacques Foisy.
Même que 2017 s'annonce prometteuse selon lui. On pourrait bien finir par combler le vide laissé par la fermeture de deux mois du cinéma.  
«Outre l'été, qui a été un gros nuage pour nous, qui j'espère ne reviendra pas, on est bien content. [...] On a fait une bonne partie du rattrapage. D'ici un mois ou deux, ça devrait être complété», a mentionné M. Foisy qui considère qu'il n'avait d'autre choix que de fermer l'été dernier.
Plusieurs facteurs peuvent expliquer le retour en force des amateurs aux guichets, notamment l'accessibilité aux films et les choix de productions.
«Beaucoup de films avaient été reportés à l'automne ce qui fait qu'on s'est retrouvé avec un choix formidable, même qu'on a dû laisser passer de bons films parce qu'on ne pouvait pas en prendre plus. On a accès à plus de films maintenant et ç'a contribué à faire un très bon automne. Les prochains mois s'annoncent bien aussi».
Année difficile pour le cinéma québécois
Le cinéma québécois a connu une année 2016 particulièrement pénible. Seul Les p'tits cochons 2 a tiré son épingle du jeu. Avec ses 306 399 entrées, il arrive au 11e rang du top 20 (entièrement dominé par les superproductions américaines). 1:54 de Yan England a aussi très bien fait avec ses 104 942 spectateurs.
Mais aucun autre film n'a franchi le seuil psychologique des 100 000 entrées, même pas Juste la fin du monde de Xavier Dolan (85 366) - qui a remporté le Grand Prix au Festival de Cannes, un grand moment de l'année cinématographique. 
Mais encore là, au Tapis Rouge, on n'a pas ressenti cette baisse d'intérêt.
«On a un public d'âge adulte ici qui est peut-être plus attaché au cinéma québécois. [...] Le public est très réceptif. On n'a pas eu beaucoup d'échecs de films québécois, du moins pas ceux qu'on a présentés», mentionne Jacques Foisy.
Le taux de fréquentation en baisse à l'échelle provinciale n'inquiète pas le propriétaire du Tapis Rouge. Même qu'il estime que le marché est plutôt stable.
«Si les chiffres montrent que sur cinq ans il y a une baisse constante, là ce serait inquiétant. On ne les a pas», lance Jacques Foisy.
«Il faut faire très attention aux statistiques. Ça fait assez longtemps que je suis dans le domaine pour vous dire qu'il faut voir ça à long terme, pas seulement sur une année. Ce n'est pas assez significatif [...] Le cinéma est toujours en dents de scie, il peut y avoir des années meilleures que d'autres. Ça monte, ça descend. Pour nous, c'est une bonne année, mais il se pourrait que l'an prochain il y ait moins d'intérêt pour ce qui va sortir...», a-t-il conclu.
En collaboration avec Éric Moreault, Le Soleil.