Le milieu du cinéma souhaite rouvrir en juin

Dans un contexte de pandémie de COVID-19, pourrons-nous revoir des films en salles de cinéma dès juin? C’est du moins ce que souhaite le milieu. Une douzaine de propriétaires de cinémas, de distributeurs et de producteurs de films font front commun dans l’espoir de relancer rapidement leurs opérations.

À l’initiative de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec et de la Corporation des salles de cinéma du Québec (CSCQ), un comité a été formé afin de réclamer la réouverture des salles de cinéma. L’idée est de s’inscrire dans le processus de déconfinement progressif amorcé par le gouvernement du Québec. Mais sans brusquer les choses.

«Je ne voudrais pas, et je ne pense pas qu’on serait prêt, à ouvrir en mai, note le président de la CSCQ, Éric Bouchard. L’initiative est venue du fait que contrairement à d’autres secteurs de l’industrie culturelle, on est en mesure d’opérer avec les principes de distanciation sociale. On a réussi à mobiliser les distributeurs et les producteurs, qui ont tous le même souci pour la sécurité de la clientèle et des employés.»

M. Bouchard dit avoir observé la situation en épiceries et avoir pris des notes des premières consignes de distanciation, avant la fermeture totale des cinémas pour cause de pandémie. «Avant de fermer, nous avions eu la consigne d’opérer à 50 % de nos capacités. Nous l’avons fait et nous l’avons bien fait. Il peut y avoir une distanciation autant pour une personne qui est assise devant vous ou à côté de vous», évoque-t-il, précisant que la réservation de billets en ligne facilitera le processus.

La réouverture des cinémas se fera bien entendu avec l’autorisation des autorités de santé publique, assure M. Bouchard. «Dans un contexte où les premiers éléments de déconfinement donnent de bons résultats, je comprends que le gouvernement voudra passer à d’autres étapes, précise-t-il. Et nous, on veut s’inscrire dans ce plan-là. C’est pour ça qu’on est proactif.»

Avec plusieurs sorties majeures repoussées à cause de la COVID-19, le comité miserait sur le cinéma d’ici pour relancer la machine.

«La projection de films québécois classiques et très populaires ainsi que ceux présentés plus tôt cette année, mais n’ayant pu bénéficier de la plus grande visibilité avec l’arrivée de la pandémie, est envisagée. De plus, des nouveautés seront également ajoutées à la programmation dès que possible», pouvait-on lire dans un communiqué diffusé jeudi.