L’auteur et metteur en scène Serge Baril a conçu une série de personnages qui visiteront les écoles de la région pour raconter des légendes locales aux élèves du primaire. Il est ici entouré de quatre de ses personnages: de gauche à droite, Pierrot, La folle à Rouillard, Serpentina et Moowiss. Il ne manque que le Windigo.

Le conte comme outil pédagogique

Shawinigan — La culture est un puissant outil d’apprentissage et Culture Shawinigan l’a compris. Après avoir instauré La Brigade du conte auprès des écoliers de la région en 2016, l’organisme élargit son mandat en créant Les Draveurs de légendes, une nouvelle série de contes destinés aux écoliers de 8 à 12 ans.

À la suite du succès de la Brigade du conte qui s’est produite 239 fois pour atteindre tout près de 3000 enfants âgés de 4 à 8 ans et devant la demande d’enseignants des niveaux suivants, il n’était que logique d’étendre ce service offert gratuitement. Dominique LeBlanc, coordonnatrice à la médiation culturelle du côté de Culture Shawinigan a confié à Serge Baril, du Théâtre des Poêles à bois, le soin de définir des personnages et d’écrire des textes ayant pour tronc commun d’être inspirés par des légendes locales liées à la rivière Saint-Maurice.

L’enseignant en théâtre a donc mis en scène le personnage de Pierrot, de la folle à Rouillard, du Windigo, de la Serpentina et de Moowis, le coureur des bois. Chacun a son récit qui non seulement fait connaître aux enfants les légendes qui peuplent le territoire de la région mais qui recèlent également des leçons quant au courage, à la sociabilité, au mensonge, à l’amitié ou au rêve qui constituent des thèmes avec lesquels les enseignants peuvent provoquer réflexions et discussions avec les élèves.

«C’est un projet clé en main pour les enseignants, explique Dominique LeBlanc. On sait très bien qu’ils sont souvent débordés par la tâche alors, cette offre évite d’en rajouter et l’expérience des trois dernières années nous démontre que c’est très efficace pour amener les élèves à réfléchir sur différentes valeurs. Plusieurs enseignants nous ont dit que des mois après le passage des conteurs, les jeunes y référaient encore. On tient aussi à ce que ça demeure gratuit pour les élèves de Shawinigan.»

Il importe cependant de noter que les conteurs, qui peuvent venir individuellement ou en groupe, sont également disponibles, moyennant certains frais, pour rencontrer les élèves d’ailleurs en Mauricie. Au menu de leurs contes, des histoires de légendes autochtones, de monstre de la rivière Saint-Maurice ou de la Chasse-Galerie, par exemple.

«J’ai travaillé avec le document pédagogique de la Brigade du conte, explique Serge Baril, grâce auquel j’ai pu voir comment on avait sorti les personnages féériques des contes. Mon mandat était de créer des personnages du pourtour du Saint-Maurice. J’ai fait émerger cinq personnages plus grands que nature et captivants pour les enfants de façon à les amener à s’intéresser à leur culture et se l’approprier.»

«Le secret du succès auprès des petits, c’est l’aspect participatif par lequel on rend l’enfant maître de l’histoire. Le personnage est là, en chair et en os, et on offre au jeune d’entrer dans le livre qui est, en quelque sorte, ouvert devant lui. C’est mieux que le 3D: c’est réel! Grâce au pouvoir du personnage, on peut véhiculer certains thèmes qu’on approfondit quelque peu avec les enfants par l’émotion et l’humour.»

«La beauté du projet, dit Dominique LeBlanc, c’est que les enseignants n’ont même pas à se déplacer puisqu’on se rend dans la classe. On a validé nos textes et ça fonctionne vraiment bien. Ce n’est pas réservé aux écoles mais c’est surtout avec elles qu’on va travailler. Le document pédagogique donne à l’enseignant les renseignements pertinents comme la source des textes, une description des personnages et les avenues de réflexion que propose le texte et que l’enseignant pourra, à loisir, explorer avec les enfants.»

«On a donné un mandat large à Serge Baril en lui demandant des contes s’adressant aux 8-12 ans mais contenant aussi un vocabulaire adapté à cette clientèle. Il est à noter qu’on maintient la Brigade du conte pour les 4 à 8 ans mais on ajoute ce nouveau volet.»

Le projet est en marche assurément pour les trois prochaines années mais si le financement est au rendez-vous, on pourrait le prolonger au-delà de cette échéance. Les enseignants qui seraient intéressés à recevoir les Draveurs de légendes ou la Brigade du conte dans leur classe au cours de la prochaine année scolaire ou les responsables de camps de jour, par exemple, n’ont qu’à s’adresser à Culture Shawinigan à l’adresse mediation@cultureshawinigan.ca.