Lydia Bouchard assumera la mise en scène du sixième spectacle du Cirque du Soleil, cet été à Trois-Rivières.

Le Cirque tout en délicatesse: Lydia Bouchard assumera la mise en scène de Vive nos divas!

Trois-Rivières — Ces jours-ci, la musique des plus grandes chanteuses québécoises ne cesse de résonner dans les oreilles de Lydia Bouchard. Celle qui assumera la mise en scène de Vive nos divas! du Cirque du Soleil cet été à l’Amphithéâtre Cogeco ne peut s’empêcher de passer en revue des dizaines et des dizaines d’œuvres, dans l’espoir de choisir les incontournables qui meubleront le spectacle de 75 minutes.

«C’est un beau casse-tête, je peux vous le dire. En ce moment, j’écoute énormément de musique. Des morceaux récents, mais d’autres aussi qui me rappellent des souvenirs d’enfance et ça, c’est un véritable bonheur», convient celle qui ne cache toutefois pas que l’envie de couvrir un large éventail d’artistes et de classiques devient très présente.

«Je parle à mes parents, à mes tantes, à mes amis. Je veux savoir les chansons qu’eux jugent incontournables. En ce moment, j’ai l’impression d’être en entrevue avec tout le Québec», lance-t-elle en riant.

Le visage de Lydia Bouchard, les fans de l’émission Révolution le connaissent bien comme l’une des juges et maîtres de cette création québécoise. À Trois-Rivières, elle n’est pas en terrain inconnu, ayant pris part, à titre de chorégraphe, aux trois premières créations du Cirque à l’Amphithéâtre Cogeco, soit Le monde est fou, Tout écartillé et Stone.

Avec le Cirque du Soleil, elle signera par ailleurs cet été sa troisième mise en scène d’un spectacle complet, les deux premiers ayant été présentés dans la principauté d’Andorre, à la frontière de la France et de l’Espagne, au cours des deux dernières années. Elle pourra donc compter sur l’expérience acquise dans la création de Diva et de Rebel pour livrer au public trifluvien sa vision et sa création originale.

«C’est un défi que j’aborde avec beaucoup de délicatesse et de soin. Le legs est très large, et j’ai le souci de bien illustrer en images ces airs qui résonnent dans l’imaginaire collectif», confie celle qui dit travailler actuellement à s’entourer de son équipe de créateurs qui collaborera avec elle pour mener à bien cette vision qu’elle veut voir naître sur scène.

Une vision qui transportera les spectateurs sur plus de 70 ans d’histoire musicale, étant donné que la metteure en scène souhaite étendre sa recherche musicale des années 50 jusqu’à 2020 pour s’inspirer. Sur scène, la voix d’une chanteuse live donnera vie à ces différentes œuvres qui auront été minutieusement sélectionnées par Lydia et son acolyte, le directeur musical Jean-Phi Goncalves.

«C’est délicat, car quand on enlève la voix de la diva pour qu’une autre femme l’interprète, il faut se demander comment la chanson sera reçue. Il faudra aussi arrimer les chansons les unes aux autres et construire une trame narrative donnant vie à une histoire à travers le spectacle du cirque. Je souhaite coudre tout cela de beau fil rouge et lui apporter un sens poétique», mentionne-t-elle.

Et en parallèle avec la musique, la metteure en scène devra également réfléchir à la création circassienne pour laquelle des dizaines de milliers de personnes se déplaceront vers l’Amphithéâtre Cogeco. Un défi annuel pour le Cirque qui cherche sans cesse à se renouveler et surprendre le spectateur.

«On fouille beaucoup, chaque année. Mais chaque année, on a aussi toujours eu du nouveau. Le Cirque permet cette grande liberté créative. Évidemment, il y a des disciplines, des appareils, des lignes de formation partout dans le monde qui continuent de vivre à travers les spectacles et qu’on ne change pas complètement, mais tout est dans l’image, et aussi dans ma perspective du numéro de cirque», croit celle qui a déjà commencé le travail de casting pour le spectacle Vive nos divas!

«Le casting est toujours un moment délicat. On veut faire les meilleurs choix. Je me laisse inspirer. Si sur scène, j’en tombe amoureuse, il y a de bonnes chances que le public aimera aussi», explique cette chorégraphe et danseuse qui compte bien laisser une belle place à la danse encore cette année.

La vente des billets pour Vive nos divas! débute ce vendredi dès 11 h à la billetterie de la salle J.-Antonio-Thompson au (819) 380-9797 ou sur le site amphitheatrecogeco.com.