Le Cirque du Soleil obtient 50 millions $ US de ses actionnaires

Julien Arsenault
La Presse canadienne
Montréal — À l’arrêt en raison de la pandémie de COVID-19, le Cirque du Soleil a obtenu 50 millions $ US de ses trois actionnaires alors que l’entreprise de divertissement est toujours à la recherche d’un moyen pour se renflouer.

On étudie toujours «toutes les options», dont celle qui verrait l’organisation se placer à l’abri de ses créanciers, a expliqué mercredi son président et chef de la direction, Daniel Lamarre, au cours d’une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

L’entreprise fondée par Guy Laliberté traîne une dette estimée à 900 millions $ US.

Chaque actionnaire a contribué à la plus récente ronde de financement à la hauteur de sa participation. TPG Capital détient 60 % du Cirque tandis que la firme chinoise Fosun Capital Group et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) se partagent également les 40 % restants.

La «recapitalisation» de l’entreprise prendra du temps, a expliqué son grand patron, qui table sur une reprise «réaliste» des activités uniquement en 2021. En raison du nouveau coronavirus, le Cirque a licencié 4679 employés, soit 95 % de son effectif, le 19 mars dernier, en plus d’annuler ses 44 spectacles à travers le monde.

M. Lamarre a également qualifié de «très flatteur» l’intérêt de Québecor. Le conglomérat de télécommunications a dit être prêt cette semaine à injecter des «centaines de millions» et à procéder à un sauvetage du Cirque afin de rapatrier le contrôle de l’actionnariat au Québec.

L’entreprise contrôlée par Pierre Karl Péladeau n’a pas voulu signer une entente de confidentialité, ce qui explique pourquoi elle n’a pas eu accès aux livres comptables du Cirque, a affirmé M. Lamarre.