Pour la sortie du deuxième volume de "Dans la tête de François", le dessinateur Marc Bruneau, à gauche, a accueilli les fans en compagnie de l’auteur François Saint-Martin.

L’aventure se poursuit de plus belle

Trois-Rivières — La belle aventure de "Dans la tête de François" se poursuit avec la sortie du volume 2 de cette série de bandes dessinées, tout juste un an après la sortie du premier.

C’est donc non seulement l’arrivée d’un nouveau-né qu’on célébrait jeudi soir au Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan mais aussi le succès du concept lancé il y a un an sans que ni François Saint-Martin ni Marc Bruneau, les créateurs, ne sachent vraiment ce qui les attendait. La réponse a été bonne tant sur le support numérique que pour les bouquins dont on a écoulé quelque 1000 copies. Même que l’entreprise fait des petits: on retrouve désormais une série de produits dérivés portant la marque du personnage imaginé par les deux hommes: tasses, t-shirts, affiches, cartes de souhaits, etc. 

La vision du duo va plus loin puisque dans le cadre de leur création, ils offrent des conférences dans les écoles, bibliothèques ou résidences pour personnes âgées et préparent une autre série de bandes dessinées émanant de la première et s’adressant spécifiquement aux plus jeunes. Elle mettra en vedette les enfants du personnage de François. 

Et comme il faut bien assurer une gestion de toutes ces activités connexes, l’entreprise occupe désormais un local dans le Centre d’entrepreneuriat shawiniganais. 

«Au départ, on s’est lancé dans l’aventure par pure passion, admet François Saint-Martin, l’auteur. On a été surpris de la réponse et enchantés de voir la réception qu’on a eue un peu partout au Québec. On a eu un appui extraordinaire des gens de Shawinigan mais en participant à toutes sortes d’événements à travers la province, on découvre partout des gens qui aiment beaucoup ce qu’on fait.»

«Quand on voit arriver des jeunes portant un t-shirt avec le visage de François, j’avoue que c’est très cool, dit Marc Bruneau, le dessinateur. Je pense qu’on s’inscrit dans un créneau peu exploité et on constate que le public qui nous lit, ce sont des gens qui ne sont pas nécessairement des fans de bande dessinée mais que notre formule de gags courts rejoint.»

Ils comptent désormais une trentaine de points de vente de leurs bouquins dans la province. Ils viennent s’ajouter à la boutique en ligne au www.danslatetedefrancois.com où on peut acheter les produits dérivés mais aussi trouver des gags exclusifs. Par ailleurs, du 7 décembre au 7 janvier les livres seront en vente dans tous les Cafés Morgane du Québec.

Une formule inchangée

Le volume 2 de Dans la tête de François reprend exactement la recette du premier: des gags courts, souvent basés sur des jeux de mots en une ou deux cases et un propos qui tient essentiellement aux réflexions du personnage de François. Il s’attarde aux petits riens de la vie quotidienne mais aussi à l’actualité et la politique, plus particulièrement, toujours de façon humoristique. 

«Le deuxième volume est très important pour nous de poursuivre François Saint-Martin. Ça vient concrétiser le fait que c’est un projet qui va durer et aussi, bien sûr, que le premier volume a bien marché. On visait faire une série dès le départ, mais on ne pouvait savoir si ce serait possible. Là, on le sait.»

«Essentiellement, ce sont des gags nouveaux, créés depuis la sortie du premier volume, dit Marc Bruneau même si certains gags datent de plus d’un an, sauf qu’on les a retravaillés. On reprend le même concept, le même format, le même nombre de pages que pour le premier, justement parce qu’on l’inscrit dans une continuité. On veut en sortir un par année.»

Il semble que l’inspiration ne soit pas un problème. «Personnellement, je suis particulièrement fier de la facture visuelle de celui-ci, poursuit le dessinateur. Les gens ne le noteront peut-être pas mais je suis plus à l’aise avec l’univers et le personnage. Ça m’apparaît plus abouti visuellement même si je ne peux pas dire que ça change quelque chose à l’humour qui reste le même avec ses dessins simples et efficaces pour mettre l’accent sur les pensées du personnage.»

«La différence, pour moi, reprend son confrère, c’est qu’au départ, il y avait plusieurs blagues qui ont été écrites avant même que le personnage ne soit créé. Maintenant, j’ai évolué toute l’année avec le personnage et tout ce que j’écris est directement en lien avec sa personnalité. Ce qui est particulier, c’est que Marc et moi, nous travaillons tous les deux en restant dans notre propre expertise: mes gags sont conçus de mon côté et Marc les illustre du sien et ça se marie toujours parfaitement. On se fait totalement confiance.»

Et l’inspiration ne semble pas se tarir. «Dans la dernière année, l’actualité a été marquée par beaucoup de mauvaises nouvelles mais mon rôle, c’est justement de les virer de telle sorte qu’ils nous fassent rire. Par exemple, des personnages comme Donald Trump ont été omniprésents dans les médias de sorte qu’on retrouve le président américain dans l’album. Par ailleurs, la personnalité de François est plus nettement définie et comme les plus petites choses du quotidien l’inspirent autant que la société, il y a toujours du matériel.»