The Musical Box a lancé la saison estivale de l'Amphithéâtre Cogeco jeudi soir.

L’authentique magie de Genesis

TROIS-RIVIÈRES — C’est à The Musical Box qu’on avait confié le mandat de dépoussiérer l’Amphithéâtre Cogeco après une longue, trop longue saison hivernale. Il était d’ailleurs bien dur de croire que l’hiver était chose du passé jeudi soir. Il ne fallait pas compter sur la température polaire pour réchauffer l’ambiance. C’est donc au band mondialement reconnu pour son interprétation des plus grands hits de Genesis que la tâche incombait. Il faut dire que leur musique planante n’est pas le genre qui fait danser mais elle a visiblement réchauffé le cœur des fans qui avaient répondu présents en très grand nombre. On voyait tuques et capuchons hocher à l’unisson signe que la magie de la boîte opérait bel et bien. Plusieurs passionnés de cette musique des années 1970 ne cachaient pas leur bonheur d’assister au spectacle malgré le vent frigorifiant.

La première partie se déclinait en deux actes qui regroupaient une sélection des meilleurs morceaux des années où le band avait Phil Collins comme figure de proue. Le chanteur Denis Gagné, un Trifluvien, a brièvement parlé à la foule leur mentionnant que c’est dans la capitale mauricienne que le groupe livrait pour la dernière fois son spectacle A Genesis Extravaganza. La foule était généralement méditative mais a manifesté son appréciation notamment lors de la présentation de Back in N.Y.C. et Carpet Crawlers. Sur cette dernière chanson, plusieurs écrans de cellulaires en mode vidéo apparurent au travers du mouvement des capuchons. Le moment se devait d’être immortalisé.

La deuxième partie était sans doute la plus forte du spectacle, puisque le quintette revenait à un répertoire pour lequel il a un penchant avoué, celui couvrant la période Peter Gabriel. Étant donné que le soleil s’était retranché dans ses quartiers, on ne voyait plus les mouvements de bonnets dans l’obscurité mais on entendait plus souvent la foule se manifester particulièrement quand le chanteur annonçait la chanson à venir agrémentant son intervention de quelques faits historiques.

Étant donné que pour cette tournée, The Musical Box présente non pas un spectacle intégral de Genesis mais une sélection de chansons tirées de différentes périodes, il se permet aussi de jouer une pièce instrumentale qui n’a jamais été jouée par Genesis sur scène, After the Ordeal.

Nul besoin d’être un fin connaisseur pour affirmer que les musiciens, dont le batteur mauricien Bob St-Laurent, ont offert une performance magistrale digne des meilleures années de Genesis. Les manifestations d’appréciation durant les performances du claviériste Ian Benhamou en deuxième partie supportent également cette affirmation.

Après The Musical Box, ce sera à Francis Cabrel de s’amener sur les planches de la scène extérieure vendredi.

Une 5e saison

Cette 5e année d’existence s’amorce sous le signe de la fierté selon Steve Dubé, le directeur général de la Corporation de l’Amphithéâtre. «Les gens de la région sont très fiers de leur amphithéâtre et ils deviennent nos meilleurs ambassadeurs.» Plus encore, l’intérêt de la population pour la programmation dépasse les frontières de la région. «C’est devenu un engouement provincial.»

«Il y a beaucoup de gens qui sont passés ici dans les quatre dernières années. Cette année, on poursuit le développement et c’est positif, notamment dans la vente de billets qui est très bien partie pour tous les spectacles qu’on a annoncés.»

D’année en année, la programmation prend de l’expansion. De 25 événements la première année, on dépasse maintenant les 35. «L’an passé, on a fait 37 événements et on va être dans les mêmes eaux cette année. Par ailleurs, on est encore en négociation pour certains spectacles. L’objectif est d’arriver à présenter 40-45 événements annuellement. Évidemment dans divers créneaux de programmation.»

«Les prochains spectacles qu’on veut ficeler sont dans des créneaux qui n’ont pas été exploités encore. Cette cinquième année servira à poursuivre sur cette lancée. Chaque année on a augmenté notre nombre de spectacles et le marché a très bien répondu. Ça nous donne confiance pour continuer à développer», mentionne Steve Dubé qui ajoute que les styles métal, électro et country sont aux nombres des possibilités qui pourraient être testées éventuellement. La disponibilité des spectacles est également un élément majeur qui détermine le type d’événements qui pourrait s’ajouter.

«Il faut travailler avec les spectacles qui sont disponibles dans le marché. Par exemple, dans les deux dernières années, on avait fait des comédies musicales mais cette année ce n’était pas possible pour nous d’en présenter. On a par contre la chance d’avoir un super bon spectacle concept avec Jean-Pierre Ferland, Richard Desjardins avec l’Orchestre symphonique et Lenny Kravitz qui sont dans la semaine où on faisait habituellement des comédies musicales. Il y avait autre chose de disponible et on est très content d’avoir attaché ces spectacles-là. L’an prochain ce sera autre chose.»