Luc Darveau, directeur artistique des Petits Chanteurs de Trois-Rivières au cours des douze dernières années, dirigera son dernier concert le 25 mai prochain à l’église Sainte-Marguerite.

L’au revoir de Luc Darveau

TROIS-RIVIÈRES — Le dernier concert de la saison pour les Petits Chanteurs de Trois-Rivières le 25 mai prochain aura un caractère historique puisque ce sera le dernier sous la baguette de Luc Darveau qui a été directeur artistique de la chorale trifluvienne au cours des douze dernières années.

Luc Darveau justifie cette décision, prise après mûre réflexion, par un horaire extrêmement chargé qu’il estime ne plus avoir l’énergie de soutenir. «Ça fait 30 ans que je travaille pratiquement sept jours sur sept et à l’approche de la cinquantaine, j’avoue que c’est devenu difficile à soutenir, d’indiquer le directeur. Par exemple, pour les mois de février, mars et avril cette année, j’ai eu quatre journées de congé en tout. À cela s’ajoute le stress qui est inhérent à l’enseignement auprès des jeunes. Par ailleurs, je reste musicothécaire pour l’OSTR où je suis trompettiste et je continue d’être directeur musical et commandant de la musique du 62e Régiment d’artillerie de campagne de Shawinigan. C’est excessivement prenant.»

Comme on ne brise pas d’un coup un attachement aussi fort, il restera associé aux Petits Chanteurs à raison d’une journée d’enseignement toutes les deux semaines. Pour ce qui est des meilleurs souvenirs qu’il garde de cet engagement, il mentionne les tournées en Europe effectuées par la chorale. «Je pense que les enfants vont se souvenir de mon sens de l’humour, laisse-t-il également entendre. La répétition du lundi soir, ce n’était pas toujours évident pour les jeunes qui étaient souvent fatigués. J’étais très conscient de la nécessité de les faire rire pour conserver leur dynamisme et je pense qu’ils l’ont apprécié.»

Pour ce qui est de son apport artistique à la très riche histoire des Petits Chanteurs, il estime que d’avoir amené la musique de film à leur répertoire a été marquant. «C’est un volet qui n’avait presque jamais été abordé et qui est très riche. Les enfants ont adoré interpréter des thèmes de certains de leurs films préférés et je sais que le public en est aussi friand. Ça a ouvert une porte sur un monde immense. La musique de film, c’est un pan important de notre histoire musicale mondiale. C’est une musique romantique, extrêmement évocatrice et j’estime personnellement que dans une centaine d’années, quand il sera question de la musique qui a marqué notre époque, on va se référer à la musique de certains de nos plus grands compositeurs de musique de films actuels. C’est un magnifique répertoire.»

Si, pendant son mandat, il a vécu une difficile décroissance des effectifs au sein de la chorale, le directeur musical se console en constatant que la tendance s’est résorbée et qu’on connaît une rassurante stabilité des inscriptions à l’école depuis quelques années. «C’est sûr qu’à 35 membres, ça nous empêche d’aborder certaines œuvres du répertoire qui exigent de la puissance et c’est un peu dommage mais on a su s’adapter.»

Indéniable motif de satisfaction pour lui, il estime avoir trouvé la bonne personne pour assumer sa relève en Bruno Blouin-Robert. «Disons que j’ai ouvertement fait des recherches depuis novembre dernier et lui s’est manifesté. Il a fait des études supérieures, il a dirigé beaucoup de chœurs au cours des dernières années et il a cette rare capacité de diriger les chœurs au même titre que les orchestres, ce qui est précieux. Les chœurs demeurent sa spécialité, contrairement à moi qui, au départ, étais formé pour la direction d’instrumentistes. Nous croyons vraiment qu’il a tout ce qu’il faut pour assurer le succès des Petits Chanteurs de Trois-Rivières à l’avenir.»

Pour ce qui est du concert du 25 mai, à 19 h 30, à l’église Sainte-Marguerite, il constituera une sortie mémorable pour le directeur artistique. «En première partie, j’ai décidé d’aborder le Gloria de Vivaldi, une œuvre à laquelle j’avais envie de m’attaquer depuis longtemps. Le chœur sera accompagné par deux violons, une trompette et un orgue. Je me fais un cadeau en quelque sorte.»

«Dans la seconde partie, nous allons aborder un répertoire très varié fait de chants populaires, de chants de la Renaissance, de folklore et autres qui sont bien ancrés dans notre répertoire. Ça vient recouper ce que j’ai fait au cours de mes douze années à a direction des Petits Chanteurs. Ce sont, pour la plupart des pièces incontournables pour nous, notre ADN, si on veut.»

Les billets pour ce concert, au coût de 20 $, sont disponibles au 819-374-4009 ou via l’adresse Internet chorale@pctr.qc.ca de même qu’à la porte le soir du concert.