Le réalisateur de <em>Last Words, </em>Jonathan Nossiter à Deauville.
 Le réalisateur de <em>Last Words, </em>Jonathan Nossiter à Deauville.

Last Words, une fin du monde qui fait écho à l’actualité

Chloé Coupeau
Agence France-Presse
DEAUVILLE — Le réalisateur américain Jonathan Nossiter a présenté dimanche à Deauville devant un millier de spectateurs masqués Last Words, l’histoire de la fin de l’humanité décimée par un virus sur une terre où les contacts physiques et la nature ont presque disparu.

Cette «fiction est peut-être un documentaire d’anticipation. J’espère que non», a expliqué lors d’une table ronde l’auteur de «Mondovino», sélectionné comme Last Words à Cannes, mais en 2005.

Mais à mille lieux «de l’ingénierie de la peur d’Hollywood qui massacre» le spectateur, «c’est un appel à l’amour, un film joyeux, une joie un peu terrible [étant donné] le réchauffement climatique, l’état des choses catastrophiques, déjà en 2020. Si on le voit pas, c’est comme être en septembre 1939 et penser qu’Hitler n’était pas dangereux», ajoute dans un entretien à l’AFP le cinéaste de 58 ans, aujourd’hui maraîcher en Italie.

Son film en compétition à Deauville est «un hommage à la vie» où «la culture et l’agriculture sont à l’origine des derniers rires de l’humanité», relève l’universitaire Gilles-Eric Séralini, dont l’étude sur les OGM en 2012 avait fait polémique. Pour Jonathan Nossiter le chercheur a «subi des choses très sérieuses de la part de l’industrie agroalimentaire».

Interprété notamment par Charlotte Rampling et Nick Nolte, Last Words, qui sortira le 21 octobre, plonge le spectateur en 2085 dans un monde de champs de ruines dispersés sur une terre qui n’est plus qu’un immense désert.

Le héros, un jeune homme noir qui ne connaît pas son prénom, tombe sur des pellicules de la Cineteca de Bologne dans les éboulis de Paris. Il décide de partir pour la ville italienne pour comprendre l’origine de ces morceaux de celluloïd qui l’intriguent.

Sur son chemin, un panneau rouillé indique «quarantaine épidémique virale». Jonathan Nossiter a commencé à écrire le scénario en 2014, avant de tourner en 2018 et 2019.

«Pour les extérieurs, on a tourné de Casablanca au Sahara. Ce n’est pas un fantasme. On sait très bien qu’à Deauville, ce sera comme à Tanger dans peut-être trente ans», précise le réalisateur.

Dans cet environnement angoissant, où toute végétation semble avoir disparu, l’espoir renait dans les ruines de Bologne. Confiné dans les caves des studios, un vieil homme fait découvrir, sur un projecteur à pédales, le cinéma au héros aussi ébahi que ses ancêtres du XIXe siècle. L’ex-cinéaste aussi jubile, car «il a toujours été mieux de regarder des films avec des inconnus».

«Tristesse infinie» de voir les gens masqués

Ensemble, ils partent pour Athènes, où la rumeur dit que de l’herbe a repoussé. Là ils trouvent quelques centaines de survivants qui ont oublié ce qu’étaient les rapports entre humains.

La mer est brune, les plantes toxiques. «Un tiers des terres arables a déjà été détruit» ces dernières décennies, a souligné Philippe Desbrosses, ingénieur agronome et cofondateur des mouvements A.B. (agriculture biologique) France et Europe.

Au fil des séances organisées par le héros, chacun redécouvre la tendresse, le contact avec l’autre comme avec la terre, le rire, le sexe, et avec le premier poisson aperçu depuis des décennies, le «plaisir de manger autre chose que des canettes» de poudre. «Une poignée de main peut devenir un moment d’énorme complicité, de sensualité et même d’érotisme», commente Jonathan Nossiter.

Mais le virus continue à tuer. Les derniers hommes toussent. Dans la salle de projection de Deauville des quintes leur font écho.

«J’ai vu une salle masquée de peur. Voir autant de gens masqués est d’une tristesse infinie», se désole le réalisateur, père de trois enfants. Mais «1000 personnes dans une salle de cinéma c’est extraordinaire, c’est maintenir une société civile dans des circonstances monstrueuses».

Et le polyglotte d’appeler à une «résistance joyeuse» à l’intoxication du monde, en se lançant dans la production sans chimie ou en la soutenant.

«Faire un film, ce n’est rien par rapport» au travail «avec la terre», estime Jonathan Nossiter.

Mais «l’acte de manger est un acte politique, de collaboration ou de résistance», conclut-il.

Le palmarès doit être annoncé samedi.