Le sculpteur Claude Des Rosiers et son œuvre devant l’église de Charette.

L’art pour les gens

CHARETTE — «Le sujet m’inspire et je souhaite que les gens se l’approprient, que la statue devienne un lieu de rassemblement.»

Les citoyens de Charette sont nombreux à aller piquer une jasette à Claude Des Rosiers depuis le début du mois de mai. C’est que le sculpteur travaille tous les jours devant l’église à transformer un bloc de pierre calcaire de 5,5 tonnes en une majestueuse Notre-Dame des Neiges, la Sainte Vierge étant la patronne de la paroisse de Charette.

C’est à coups de scie à essence, de marteau pneumatique et de ciseau de finition que l’artiste établi à Charette depuis 30 ans réalise en direct cette œuvre. La statue deviendra le legs des festivités du centième anniversaire de fondation de la localité.

«Je suis sculpteur depuis 30 ans et depuis 2000, je fais des pièces monumentales. Ici, c’est ma 41e œuvre publique. J’en ai fait un peu partout», dit M. Des Rosiers.

Dans ce genre de travail, le principal défi d’un sculpteur est de faire en sorte que la statue soit expressive.

«La statue, c’est une femme et un enfant. Elle doit dégager de la bonté, de la douceur. C’est l’émotion de la sculpture. Et il y a aussi le côté technique, garder les proportions», énumère l’artiste, en expliquant qu’il se laisse guider par l’inspiration du moment plutôt que de s’astreindre à suivre un plan précis.

Les gens qui défilent devant l’église peuvent admirer le travail en continu de l’artiste. Déjà, la statue semble ravir les citoyens, ce qui lui plaît grandement.

«Ce sont des enfants, des gens plus vieux. Ils sont contents et touchés. Avec l’art, il y a des gens qui sont craintifs, car ils pensent que c’est pour les instruits, alors que je suis un artiste au travail, comme un gars de la construction! Il faut travailler et rendre l’art accessible.»

La statue d’une hauteur d’un peu plus de deux mètres (sept pieds) devrait être complétée d’ici quelques jours.