Lancement de la plateforme QuoiLire.ca: des suggestions pertinentes et virtuelles

TROIS-RIVIÈRES – Dès les premiers jours suivant le début officiel du confinement, des bibliothèques encourageaient le public à tirer profit de leurs ressources numériques puisqu’il lui était désormais impossible de fréquenter physiquement le lieu de lecture. Une nouvelle application, mise en ligne mardi, permettra de faciliter la recherche de livres numériques qu’on peut emprunter sans quitter la maison.

La plateforme porte le nom de QuoiLire.ca. Elle offre trois formules distinctes pour aider le lecteur dans sa recherche de bouquins conformes à ses goûts et envies. En se rendant sur la plateforme, on peut soit remplir un questionnaire simple et convivial pour déterminer les goûts, soit trouver des listes de choix possibles selon les genres qu’on recherche ou encore visionner des vidéos de professionnels du domaine qui donnent leurs suggestions de lectures.

Dans tous les cas, on a fait appel à des employés de différentes bibliothèques de la province pour traiter les demandes. À partir des suggestions, le lecteur pourra se rendre sur la plateforme PRETNUMERIQUE.CA, utilisée par plus de 1000 bibliothèques publiques du Québec, pour y emprunter des livres qui ont pour caractéristique d’être téléchargés pour le temps de l’emprunt. Globalement, on compte près de 950 000 livres numériques offerts dans les différentes bibliothèques du Québec. Cependant, l’abonné empruntera ses livres à la bibliothèque de la municipalité où il réside et aura accès à l’offre de son institution locale. Cela dit, chacune offre non seulement de nombreux ouvrages mais ils vont dans le sens de la demande et de l’intérêt spécifique de sa clientèle.

Notons également que PRETNUMERIQUE.CA est désormais disponible par une application de lecture dédiée en formats IOS pour appareils Apple et Android pour les autres. Les livres numériques peuvent être consultés aussi bien sur un ordinateur que sur une tablette ou un téléphone intelligent.

Le président de l’Association des bibliothèques publiques du Québec Denis Chouinard constate que le livre numérique est particulièrement en demande présentement et qu’on a su trouver de bons outils pour le développer.

Un des partenaires de cette nouveauté est l’Association des bibliothèques publiques du Québec qui regroupe les bibliothèques des municipalités de plus de 5000 habitants. Son président, Denis Chouinard, indique que ce nouveau service a été conçu pour que le public continue de profiter des services des bibliothèques malgré la situation pour le moins exceptionnelle que nous vivons. «La pandémie et la fermeture des bibliothèques a forcé beaucoup de gens à se tourner vers la ressource numérique et c’est dans ce contexte que beaucoup de bibliothèques ont facilité l’abonnement en ligne. Celui-ci a connu un décollage spectaculaire depuis le début du confinement.»

«Ça peut surprendre, mais c’est particulièrement auprès des jeunes que la demande pour l’abonnement numérique a augmenté. Ils sont très branchés mais ils ne le sont pas tant que ça pour le livre numérique.»

Ce qui est évident à ses yeux, c’est la confirmation du rôle essentiel que jouent les bibliothèques dans la vie des gens, particulièrement quand ils n’ont plus autant de liberté pour leurs activités. «Depuis le début du confinement, on reçoit énormément de courriels de gens qui nous demandent quand les bibliothèques vont rouvrir parce que ça leur manque beaucoup. Ça démontre à quel point ces institutions sont inscrites dans le quotidien des Québécois. Dans le contexte, il était primordial pour nous de mettre rapidement de l’avant des solutions pour favoriser la consultation des livres numériques. Par ailleurs, la plateforme QuoiLire.ca vient remplir un mandat qui fait partie intégrante des services d’une bibliothèque soit les conseils de lecture que le personnel offre à la clientèle.»

Au-delà de la crise, il faudra voir le sort qu’on réservera à cette initiative mais Denis Chouinard croit qu’on assistera à une heureuse cohabitation des services pour le livre numérique et le livre papier. «Je n’ai aucun doute que les gens vont recommencer à fréquenter physiquement les bibliothèques quand elles vont rouvrir, indique-t-il. D’ailleurs, on a entrepris un virage depuis plusieurs années pour faire en sorte que ce ne soit pas qu’un lieu pour aller chercher des livres mais aussi un endroit convivial que les gens peuvent fréquenter à loisir.»

«La crise aura sans doute permis à plusieurs de se familiariser avec le livre numérique et ça augmente l’amplitude de notre offre globale. Pour plusieurs, le livre numérique ne peut pas remplacer le livre en papier mais si cette crise était arrivée il y a dix ans, on n’aurait pas eu les ressources qu’on a aujourd’hui pour que les gens puissent emprunter de nouveaux ouvrages pendant leur confinement. Non seulement on arrive à répondre aux besoins de notre clientèle malgré la crise mais on fait davantage, ce qui, dans les circonstances, est un aspect fort positif.»