Marc Dupré a attendu la fin de l’émission La Voix de dimanche pour choisir le dernier membre de son équipe.

La Voix: jusqu’au tout dernier

TROIS-RIVIÈRES — Dans un infini fracas de tristesse, le rideau est tombé sur la portion des auditions à l’aveugle de La Voix dimanche soir. Que de larmes versées qui sur des espoirs déçus, qui sur l’indicible bonheur d’être un élu. Cela dit, il n’y avait personne de la région pour la cinquième soirée d’auditions. Pas la moindre apparition surprise pour relancer la légendaire fierté mauricienne.

Procédons au décompte final de cette première étape: cinq candidats et demi ont abordé le défi et deux et demi y ont survécu. Nathalie Viau, Rosie Lafrance-Marcotte et Anthonny Leclerc ont vaillamment défendu leur talent mais n’ont su venir à bout de la cruauté des juges.

Par contre, Catherine Laurin a joint les rangs de l’équipe de Pierre Lapointe, Marie-Luce Béland est désormais sous la tutelle de Cœur de Pirate tout comme Beth Cossette (la fille de vous savez qui) qui porte officiellement les couleurs de Montréal alors que nous, nous savons qu’elle est Mauricienne de cœur et de chalet familial.

Parlons donc du dernier rendez-vous dominical. L’émission a été particulièrement stressante puisqu’il a fallu attendre au tout dernier concurrent pour compléter l’équipe de Marc Dupré, insensible à la pression. Il a eu le culot de faire le mort devant la performance de Maya Malkin, avant-dernière candidate, qui a pourtant offert une version de Girls Want to Have Fun sur les benzodiazépines, toute en lente douceur. Heureusement, Dupré est sorti de son coma avant la fin de l’émission pour mettre le grappin sur un menuisier de 43 ans. Ça sent le cabanon neuf pas trop cher pour le coach l’été prochain.

L’émission a évidemment été truffée de performances étonnantes comme celle de Jean-Christophe Germain qui a présenté une version jazz de Je l’aime à mourir de Francis Cabrel qui a dû se retourner dans sa tombe.

Comment ça, il n’est pas mort?

Tout ça pour dire que Jean-Christophe est retourné chez lui avec son petit malheur. Lui qui avait pris la peine de dire en entrevue combien il a de la difficulté à croire en lui. Merci pour la compassion, les juges!

Dans certains cas, l’insensibilité, on la doit aux candidats. Je pense à Petitom (oui, oui, Petitom...) pour qui Cœur de Pirate et Pierre Lapointe se sont retournés. Ce dernier lui a carrément fait une déclaration d’amour se disant intimidé par lui, qu’il possédait un talent et une aisance à tout casser, le tout avec des papillons dans les yeux et des étoiles dans le ventre. Ben le danseur/chanteur, chanteur/danseur a choisi la Cœur de Pirate. Tu parles d’un sans-cœur!

N’empêche, ç’a l’air d’être tout un pistolet, Petitom, qui a réalisé un doublé que je pense unique: participer à Révolution et à La Voix. Pour moi, on va le voir au Tricheur et dans L’heure bleue bientôt. Il a l’air d’être pas mal divertissant, un peu comme Elyzabeth Diaga, Révélation de l’année au gala de l’ADISQ 1996 qui donne un visage au mot persévérance. Avec son look de Morticia Addams et une énergie qui n’a pas l’air de savoir qu’elle appartient à une femme de 50 ans, elle devrait offrir de la bonne télé. Marc Dupré, en la prenant dans son équipe, lui a promis de lui monter des numéros spectaculaires. Je ne vous dis que ça.

La prochaine étape, ce sont les duels pour les trois prochaines semaines. Les portes de La Voix se sont refermées dimanche mais dites-vous bien une chose: quand on traverse ces portes, on n’est plus jamais le même par la suite. D’ailleurs, moi qui suis pourtant resté dans mon salon, je me sens un peu bizarre. C’est ça ou le coronavirus.