L’événement Urbaloko aura lieu du 17 au 19 août mais on peut déjà en voir une manifestation sur certains murs du centre-ville placardés d’affiches réalisées par des artistes de l’Atelier Presse Papier sous le thème Sauvage comme la rue.

La ville autrement

TROIS-RIVIÈRES — L’événement Urbaloko reviendra pour une troisième fois en fin de semaine prochaine. C’est sur la rue Badeaux, entre des Forges et Saint-Antoine que les spectateurs vivront une autre façon d’aborder la ville.

Chapeauté pour la première fois par la Corporation des événements de Trois-Rivières, l’événement intégrera deux disciplines artistiques de plus que l’an dernier avec l’ajout à la programmation de la danse contemporaine et de la musique. «L’idée demeure de créer un événement rassembleur, d’indiquer le coordonnateur Fédéric L. Lajeunesse. On veut offrir au public un lieu d’art urbain inattendu.»

L’événement en tant que tel se déroulera du 17 au 19 août mais les gens qui arpentent le centre-ville peuvent déjà en voir une manifestation avec certains murs qui ont été placardés d’affiches sous le thème de Sauvage comme la rue, une initiative des artistes de l’Atelier Presse Papier qui projettent aussi de recouvrir intégralement deux voitures avec des affiches qu’ils ont réalisées. «C’est une des différentes déclinaisons de l’événement, dit Fédéric L. Lajeunesse. Une voiture sera déjà emballée alors qu’une autre le sera en direct sous les yeux du public lors de la soirée d’ouverture du vendredi, dès 18 h, qui offrira différentes installations ainsi que de la musique avec DJ.»

Une autre manifestation peu conventionnelle aura lieu le samedi dès 10 h 30, alors qu’on procédera à une dégustation de rôties sous le thème Beurrez-vous-la vous-même! On comprend donc que c’est sous des airs festifs que se déroulera l’ensemble de l’événement. «On veut simplement occuper un espace urbain de façon différente et souvent ludique. C’est une façon de se réapproprier la ville et de l’ouvrir aux possibles en fonction de l’imagination de chacun. L’ensemble de la programmation sera un peu plus élaborée que ce qu’on a fait dans le passé.»

L’an dernier, Urbaloko avait investi le stationnement situé entre les rues du fleuve, Raymond-Lasnier, Notre-Dame et Saint-Georges avec des installations artistiques qui avaient donné un nouvel aspect à cet espace strictement utilitaire.

«Plusieurs personnes nous avaient demandé si c’était permanent, dit le coordonnateur. Ils avaient apprécié. Bien sûr, c’est un événement éphémère mais on voudrait le reprendre de façon récurrente à chaque été. Le fait d’être chapeauté par la Corporation des événements cette année me semble un bon pas dans la bonne direction. On n’a rien signé pour l’an prochain mais on souhaite faire grossir le projet dans l’avenir et peut-être l’étendre à plus d’un week-end. C’est non seulement une façon pour le public de voir sa ville autrement, mais aussi d’entrer en contact avec l’art contemporain sous un nouveau regard. Il existe beaucoup de préjugés face à l’art contemporain; c’est une façon de le rendre accessible sans le prendre trop au sérieux. Ce sera ouvert à tous et une belle occasion pour le public d’échanger avec les participants.»

Une dégustation de hot-dogs est au menu samedi après-midi avec atelier de fabrication et courses de mini-bolides avant une soirée festive avec musique et danse. Dimanche, ce sera une journée familiale avec différents ateliers à partir de 10 h 30.