Le directeur du Groupe universitaire de recherche en arts visuels (URAV) de l’UQTR Philippe Boissonnet invite la population à une programmation qui concrétisera la participation de l’UQTR à l’événement international La Nuit des idées le 30 janvier à la Galerie R3 de l’UQTR.

La Nuit des idées à l’UQTR

TROIS-RIVIÈRES — L’événement international La Nuit des idées, initié par le ministère des Affaires étrangères de France et l’Institut français aura lieu le 30 janvier et pour la toute première fois, l’UQTR y participera avec une programmation multidisciplinaire.

La Nuit des idées se veut une célébration de la circulation des idées entre les pays, les cultures, les disciplines et les générations. À chaque année depuis 2016, on invite le public à écouter celles et ceux qui font avancer les idées dans tous les domaines et à échanger sur les grands enjeux de notre temps.

Le thème choisi pour 2020 est «Être vivant» et il sera répercuté dans une soixantaine de pays simultanément.

À l’UQTR, l’événement sera célébré entre 16 h et 21 h à la Galerie R3. À cette occasion, le groupe universitaire de recherche en arts visuels de l’UQTR (URAV), un espace réflexif de recherche-création en art contemporain, a mis en place une programmation locale. Une dizaine d’artistes, philosophes, historiens et critiques d’art offriront réflexions, performances créatives et débats pour sensibiliser les visiteurs aux enjeux environnementaux actuels. La soirée sera animée par Patricia Powers qui présentera notamment deux invités français, l’écrivain et historien Paul Ardenne et l’artiste performeure Hortense Gauthier ainsi que le philosophe Evaldo Becker. On pourra également assister à des prestations de Michael La Chance, Sylvie Tourangeau, The Two Gullivers, Christine Ouellet et Joliane Dufresne.

«Avec cet événement, nous souhaitons exploiter plus particulièrement les croisements entre engagement éthique, responsabilité sociale et acte artistique à l’ère de l’éco anxiété, d’indiquer le professeur et directeur de l’URAV Philippe Boissonnet. Il s’agit en quelque sorte d’une invitation à interroger l’actualité et à échanger sur ce qui nous touche tous au-delà des frontières physiques et disciplinaires.»

Le tout est ouvert à tous et l’entrée est libre. Le stationnement sera également gratuit à compter de 16 h dans le stationnement no. 8.