La ministre de la Culture et des Communications du Québec était de passage au Musée Pop dans le cadre de l’ouverture de la nouvelle exposition permanente. Sur la photo: Jean Boulet, ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, Valérie Therrien, directrice générale du Musée Pop, Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications du Québec, Jacques Picard, président de la Fondation du Musée Pop et Marc-André Houle, président du conseil d’administration du Musée Pop.

La ministre Nathalie Roy en visite au Musée Pop

TROIS-RIVIÈRES — La ministre de la Culture et des Communications du Québec Nathalie Roy s’est déplacée au Musée Pop afin de souligner, mercredi, l’inauguration de l’exposition permanente Attache ta tuque! Une virée décoiffante dans la culture québécoise. C’est la première fois qu’une ministre de la Culture visite l’institution muséale depuis son ouverture, en 2003.

La rencontre s’est d’ailleurs très bien déroulée, à la grande satisfaction de la directrice générale du Musée Pop Valérie Therrien.

«C’est très important pour un musée intermédiaire en région qu’une ministre se déplace pour venir voir ce qu’on fait. Pour nous, c’est tout un honneur», assure-t-elle.

Mme Therrien a reçu plusieurs bons commentaires à l’égard de la nouvelle exposition.

«Le parcours pour enfant a fait sensation. Nous avons pensé à la clientèle famille par un parcours pour eux. La ministre a trouvé ça très rigolo le nom de ce volet jeunesse, La virée des flots et des flounes. Elle l’a d’ailleurs dit dans son discours», raconte la directrice générale.

L’exposition permanente a été financée à 70 % par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Un montant qui équivaut à 400 000 $.

«En vue de cette contribution, la ministre Roy est venue voir comment nous avons mis en place tout ça», affirme Mme Therrien.

Cette aide financière a grandement été appréciée de la part du Musée Pop.

«C’est primordial que nos projets soient appuyés financièrement. La culture, ce n’est pas facile. Ce sont de gros projets et nous avons de gros bâtiments à faire entretenir. On a des employés qui sont avec nous», avoue-t-elle. Ainsi, l’apport du ministère de la Culture et des Communications est primordial pour que l’institution muséale reste en santé.

«On ne serait pas capable de livrer des expositions aussi riches, comme ce fut présenté hier [mercredi]», complète la directrice générale.

Jean Boulet, ministre responsable de la région de la Mauricie, faisait aussi partie des invités, une présence importante pour Mme Therrien.

«Deux ministres qui se déplacent en région, autre que Québec ou Montréal, ça venait asseoir la pertinence de notre institution et l’importance de notre musée dans la communauté. Oui, je le prends très positivement», conclut-elle.