Chouchou du public trifluvien, l’increvable Éric Lapointe inaugurera la 25e édition du FestiVoix sur la grande scène jeudi soir.

La 25e se met en marche

TROIS-RIVIÈRES — Depuis le temps qu’on en parle, c’est jeudi soir que se met en branle la 25e édition du FestiVoix sur ses différentes scènes plus nombreuses que jamais.

Les festivaliers fidèles ont de nouvelles données à intégrer à leur exercice de gestion d’horaire qui devient plus complexe d’année en année. Avec l’arrivée du nouveau site dit des Voix acoustiques du côté de la cour de la vieille prison dont l’entrée se fera par la rue Hart, les soirées débutent plus tôt que par le passé, soit dès 17 h. Pour l’inauguration de la scène où on nous promet une atmosphère unique, on a fait appel à Michel Pagliaro dans une formule acoustique prometteuse. Avec bouffe sur BBQ et bière du Trou du Diable, ça commence à ressembler à quelque chose d’intéressant.

Avec un total d’une quinzaine de scènes, il faut désormais vivre avec des chevauchements entre l’une et l’autre. Si on maintient l’approche chronologique, à 17 h 45, c’est dans le parc des Ursulines, sur la rue du même nom, que l’action se déplace avec le spectacle de Blues Jar sur la scène jazz. Le trio originaire de la Mauricie réunit Francis Plante à la batterie, François Chrétien à la basse et à la voix de même que Jérôme Ferron à la guitare pour reprendre des classiques de blues, de rock’n roll et de rockabilly des années 30 à aujourd’hui dans une ambiance qu’on dit vintage.

Compétition en provenance de la scène des Voix libres dans le parc du Manoir de Niverville à 18 h, où se présente The Rusty Cats, un quintette qui fera revivre les belles années du rock’n roll traditionnel des années 50 à 70 avec des succès d’Elvis, Buddy Holly, Chuck Berry. C’est gratuit.

Du côté de la très courue scène des Voix multiples dans la cour du couvent des Ursulines, on débute en grand avec Vincent Vallières dès 19 h. Est-il nécessaire de recommander d’y arriver tôt si on espère trouver une place assise? Pour les retardataires, il n’est pas inutile de rappeler que le spectacle sera retransmis sur écran géant du côté du parc des Ursulines et même de la grande scène.

L’événement dans son ensemble démarre sur les chapeaux de roues puisqu’on ouvre la programmation de la grande scène avec la quasi traditionnelle visite d’Éric Lapointe, le rocker dont la popularité ne se dément pas auprès des Trifluviens. Il sera précédé sur scène, dès 20 h 35, par Undercover Legends of Rock. Lapointe devrait suivre vers 21 h 30.

Tout cela dans la mesure où la météo fait galamment les choses. Météo Média se montrait on ne peut plus coopératif mercredi en fin d’après-midi alors que les images de nuages laissant échapper deux gouttes de pluie se transformaient en simples nuages sans la moindre fuite dès 17 h. Ça donne des motifs pour espérer. Quoi qu’il en soit, rappelez-vous que les parapluies sont interdits sur les différents sites.

Règle générale, les chaises pliantes sont acceptées sur le site de la grande scène et une zone de chaises en location y a été délimitée. Notez cependant que les chaises pliantes seront interdites et que la zone des chaises en location ne sera pas disponible les soirs du 28, 29, 30 juin et 1er juillet, pour les spectacles d’Éric Lapointe, de Three Days Grace, de Bad Religion et Patrice Michaud respectivement. Les billets pour les zones d’avant-scène instaurées pour les trois premiers soirs de l’événement sont tous écoulés.

Bien sûr, pour la journée du dimanche 1er juillet, fête du Canada, l’accès à toutes les scènes sera gratuit pour tous. Il est également bon de rappeler que le FestiVoix fait complètement relâche le lundi 2 et mardi 3 juillet. Il faut bien reprendre son souffle après des premiers jours aussi intenses.