Klô Pelgag

Klô Pelgag ouvre le bal au premier gala de l'ADISQ

Déjà installée au sommet du tableau des nominations des galas de l’ADISQ, Klô Pelgag a bien entamé sa cueillette jeudi : l’auteure-compositrice-interprète a vu son album L’étoile thoracique récompensé de trois Félix au gala de l’industrie et au premier gala télévisé, soient ceux de la meilleure réalisation (un prix remis à son collaborateur Sylvain Deschamps), de l’album alternatif et du choix de la critique.

Décrite comme «la reine du Premier gala de l’ADISQ» par l’annonceur Claude Rajotte, Klô Pelgag, qui nous a habitués à des remerciements décousus, n’a pas fait mentir sa réputation, jeudi soir. «Je suis contente qu’au-delà de la critique, j’ai pu toucher des cœurs d’humains qui ont ce rôle-là», a-t-elle lancé avant de remercier des artistes qu’elle aime et qui ne sont pas nommés à l’ADISQ : VioleTT Pi, Catherine Leduc «et aussi» Vilain Pingouin… «Non, c’pas vrai!» a ajouté en ricanant la colorée artiste, qui pourrait repartir plus riche de deux autres trophées dimanche soir.

Le collectif hip-hop Alaclair Ensemble a revendiqué jeudi son premier Félix, soit celui de la meilleure vidéo pour le ver d’oreille Ça que c’tait, dont le clip a été réalisé par GED. Plus tôt dans la journée, la pochette de son album Les frères cueilleurs avait aussi retenu l’attention lors du gala de l’industrie, qui a salué le travail de conception de Gab Pelletier et de Sam Murdock, de la boîte de Québec P572. Alaclair Ensemble pourrait aussi agrandir sa collection de deux nouveaux trophées dimanche.

Deux Félix posthumes pour Cohen
Le testament musical du regretté Leonard Cohen a été salué jeudi : You Want it Darker a été sacré album anglophone de l’année et le légendaire chanteur décédé il y a un an a été déclaré artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec. Personne de son entourage n’était toutefois présent pour accepter les prix. Toujours chez les anglos, la formation Half Moon Run a été couronnée pour son spectacle Sun Leads Me On.

Encore un soir de Céline Dion a mérité le titre de meilleur vendeur. Le bouquet de relectures gravées par Safia Nolin sur Reprises Vol. 1 a quant à lui été élu dans la catégorie des réinterprétations. En acceptant son Félix, cette dernière est revenue sur la controverse que sa tenue vestimentaire a suscitée l’an dernier, elle qui a essuyé un flot d’attaques pour avoir porté des jeans et un t-shirt de Gerry Boulet au Gala de l’ADISQ.

«Merci la vie de m’avoir envoyé les petites crottes de l’année passée parce que maintenant, je me sens vraiment bien dans ma peau et je suis heureuse. Yes!» a dit la chanteuse, qui a persisté et signé, toujours en jeans, avec une tuque ornée d’une paire de fesses vissée sur la tête.

Le groupe Avec pas d’casque a raflé le trophée dans la catégorie folk pour Effets spéciaux, Chocolat (Rencontrer Looloo) a fait de même au rayon du rock et Andrea Lindsay a fait la barbe à des musiciens jazz d’expérience avec son premier effort du genre, Entre le jazz et la java. «Merci pour votre belle langue poétique», a avancé l’Ontarienne d’origine, visiblement émue de récolter son premier Félix.

Le trio du vétéran Yves Lambert s’est illustré en musique traditionnelle avec Laissez courir les chiens, Samito a remporté les honneurs au chapitre des musiques du monde et Sylvain Garneau a vu son album La clé du bonheur sortir victorieux dans l’arène country.

Angèle Dubeau & La Pièta ainsi que Charles Richard-Hamelin sont repartis avec des Félix dans les catégories classiques. André Gagnon s’est de son côté démarqué parmi les albums instrumentaux.

Du côté des humoristes, Mariana Mazza est repartie avec le trophée du spectacle de l’année et François Bellefeuille avec celui du meilleur DVD. Chez le jeune public, Élisabeth Cossette est arrivée en tête avec l’album Pyjama Party.

Une quarantaine de trophées ont été distribués jeudi lors de ces deux premières remises de prix. Onze Félix doivent encore trouver un propriétaire lors du gala télévisé animé par Louis-José Houde dimanche, dès 19h30, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé.