S'il s'est fait une place durable dans le coeur des adultes, Kevin Parent conserve dans le sien un espace spécial pour les enfants. C'est la raison pour laquelle il a accepté de travailler de nouveau avec Les Maëstros pour leur concert-bénéfice du 10 février prochain, à l'église de Saint-Georges de Champlain.

Kevin Parent renoue avec Les Maëstros

Le spectacle-bénéfice de l'école Les Maëstros aura lieu le 10 février prochain à l'église de Saint-Georges de Champlain. Pour l'occasion, l'invité d'honneur sera l'auteur et compositeur Kevin Parent dans une formule originale intitulée Une veillée à l'église avec Kevin Parent.
Comme l'église est en train de se façonner une vocation secondaire comme salle de spectacle, la directrice générale des Maëstros, Mélissa Normandin Roberge, veut que le public s'approprie ce lieu.
Elle a donc privilégié une formule par laquelle les spectateurs pourront prendre un verre dès 18 h et probablement aussi manger un morceau sur place avant le spectacle de Kevin Parent prévu à 20 h. Il sera précédé d'une prestation de l'escouade d'élite des Maëstros. Par ailleurs, les jeunes se joindront au chanteur pour quatre des chansons de son spectacle.
L'argent recueilli permettra d'organiser un voyage culturel pour les élèves en plus de donner un coup de main aux plus démunis d'entre eux. C'est avec la visite très médiatisée de Sugar Sammy l'an dernier qu'on avait mis sur pied le premier spectacle-bénéfice de l'école.
Malgré un horaire particulièrement chargé, Kevin Parent n'a pas hésité quand il a été question de retourner sur la scène en compagnie des Maëstros après une première expérience en juin dernier.
«Quand on a fait le spectacle en juin, j'ai été emballé par ce groupe-là, se souvient-il lorsque rejoint à la maison lundi. Une gang d'enfants, on sait ce que c'est: ils sont facilement distraits avec leurs téléphones et tout ça. Mais eux, ils étaient disciplinés, bien organisés, très concentrés et surtout, heureux d'être là.»
«Je ne les connaissais pas du tout quand on m'en a parlé la première fois mais des gens autour de moi et des artistes qui ont travaillé avec eux m'en ont parlé et m'ont fortement conseillé d'aller chanter avec eux. Ils avaient raison: j'ai beaucoup aimé ça.»
Reste que la star avait une autre raison, plus personnelle, d'accepter la nouvelle invitation des Maëstros pour leur spectacle-bénéfice.
«Je vais pas te raconter ma vie mais quand j'étais à la polyvalente, j'adorais apprendre, j'aimais le sport mais je n'étais pas le style pour Génies en herbe. J'avais déposé un projet auprès de la direction pour faire de la musique et ça n'avait pas passé. Ça m'est resté sur le coeur un p'tit peu. Ils n'étaient pas ouverts à ça dans le temps ce qui n'est vraiment plus le cas aujourd'hui, on s'entend.»
«Je trouve qu'il y a bien des jeunes qui ont besoin de s'exprimer de façon pas forcément conventionnelle. Ceux qui ont des âmes artistiques, il faut qu'ils soient mis en valeur pour les qualités qu'ils ont. Quand je vois ce que font les Maëstros, je trouve que ce sont des jeunes qui ont une belle chance de s'épanouir. Ce qu'on leur offre va leur rester longtemps dans la vie. Moi, c'est quelque chose qui me touche.»
Bien que ce ne soit pas la facette de sa personnalité la plus connue, Kevin Parent affirme qu'il aime tout particulièrement le contact avec les enfants.
«J'ai toujours été à l'aise avec eux. Ils sont touchants. C'est un peu comme les personnes âgées: ils ne sont pas dans la séduction, ils sont plus dans leur coeur. Si ça leur tente, ça paraît, si ça ne leur tente pas, ça paraît aussi. Il y a quelque chose de vrai là-dedans. Pour moi, c'est l'fun, c'est facile. Et puis, à 44 ans, je suis encore capable d'être taquin pis tannant avec eux autres!»
Avec cette candeur qui le caractérise et le rend particulièrement sympathique, le chanteur avoue qu'il n'est nullement mal à l'aise avec les imprévus qui peuvent survenir lors d'un spectacle avec des enfants. Une carrière de plus de vingt ans doit forcément apporter certains acquis. 
«Écoute: j'me trompe dans chacun de mes shows! L'important, c'est que ça ne devienne pas quelque chose qu'on programme d'avance et qu'on contrôle. Il y a de la vérité dans l'erreur et le public apprécie ça. C'est humain. J'ai assez de métier pour ne pas m'en faire avec ça. Demande à n'importe qui qui a chanté avec les Maëstros et ils vont te dire qu'ils ont adoré ça.»
Kevin Parent ne sait pas encore ce qu'on exigera de lui le 10 février mais il fait entièrement confiance à Mélissa Normandin Roberge qui l'a impressionné par son dynamisme et son aplomb.
«Quand tu t'embarques dans quelque chose comme ça, il faut que tu aies l'esprit ouvert. Tu entres là-dedans sans ego en faisant confiance. J'ai vu aller Mélissa et elle est entourée d'une très belle gang. C'est le genre de personnes que tu es mieux de laisser aller parce qu'elle sait ce qu'elle fait.»
«Ce que je trouve beau dans son travail, c'est pas seulement qu'elle le fait avec passion, mais elle laisse des traces. Ce qu'elle donne aux enfants est précieux: ce n'est pas seulement la musique mais les valeurs qu'elle transmet. Ça fait partie de la formation des jeunes et ça vient compléter ce qu'offre l'école traditionnelle et la famille à la maison.
À travers cette formation, il y en a plusieurs de ces jeunes qui vont découvrir qui ils sont. Moi, je trouve ça beau. C'est pour ça que c'est important de leur donner un coup de main de façon à ce que l'école puisse poursuivre son travail.»
Les billets, au coût de 35 $, sont disponibles en appelant à l'école Les Maëstros au 819-384-7589.