Les Productions de la 42e Rue ont encore une fois livré la marchandise avec la comédie musicale Jésus Christ Superstar.

Jésus Christ Superstar: un pari réussi

La pression était grande et les attentes étaient élevées face à ce chef-d'oeuvre musical, mais rien de tout ça n'a empêché la troupe des Productions de la 42e Rue de livrer une performance à couper le souffle et haute en couleur lors de la première de la comédie musicale Jésus Christ Superstar.
Avec la version française et intégrale du classique bien connu des années 70, Jésus Christ Superstar, les Productions de la 42e Rue ont prouvé encore une fois avec leur 14e production qu'ils sont en mesure de livrer la marchandise, malgré la lourdeur de la tâche.
Même si l'opéra rock entièrement chanté a nécessité une certaine adaptation de la part du public au départ,celui-ci a rapidement découvert une pièce de qualité, mise en scène par William Lévesque.
Il faut dire que le spectacle présenté était fort intéressant, puisqu'il permettait à plusieurs spectateurs de revivre la populaire comédie musicale de Tim Rice et Andrew-Lloyd Webber qui a été présentée pour la première fois en octobre 1971, sur Broadway, le tout avec une touche propre aux Productions de la 42e Rue.
Les nombreux spectateurs présents pour la première ont donc été témoins des derniers jours de la vie de Jésus. Comme présentée dans le Nouveau Testament et tel que perçu des yeux de Judas, cette pièce permet de comprendre les différents événements ayant mené le Christ à la croix.
Difficile de ne pas reconnaître la performance juste et franchement bien réussie d'Anthonny Leclerc, dans le rôle de Jésus. Alors que les attentes étaient hautes pour le jeune homme, il faut dire qu'il avait l'habitude d'incarner ce rôle, puisqu'il l'a interprété dès l'âge de 16 ans, dans une production du Séminaire Saint-Joseph.
Et que dire de la gamme d'émotion par laquelle nous font passer Pilate (Philippe Champagne) et Judas (Patrick Carrière) lors de la soirée. Tantôt attirant la compassion, tantôt attirant la sympathie du public, on retrouve un homme (Pilate) qui est dans l'obligation de satisfaire les demandes de la foule qui réclame le sang du Christ, malgré l'absence de preuve pouvant justifier sa mort.
Dans l'ensemble, même si quelques notes un peu moins harmonieuses ont été entendues, on peut dire que chacun des personnages était dans son élément, avec un répertoire qui s'ajustait bien à chacune des voix. La performance de Roxanne Leclerc (Marie-Madeleine) s'est cependant démarquée du lot par la justesse et la douceur de sa voix. 
Alors que plusieurs chansons ont donné le ton à la soirée, c'est cependant la chanson du roi Hérode qui a mis le feu dans la place avec sa touche humoristique. Même si l'histoire ne porte pas nécessairement à la rigolade, les rires se sont fait entendre lors de cette
pièce. 
Un bon coup à souligner est sans équivoque la traduction française qui a magnifiquement été réalisée par Manon Carrier. Il était d'ailleurs difficile de ne pas fredonner les chansons, même si les spectateurs avaient auparavant l'habitude de les chanter en anglais.
Bien qu'ils étaient absents sur scène, les huit musiciens ont quant à eux livré une solide performance au cours de la soirée avec leurs accords qui étaient justes et entraînants, donnant le ton à l'opéra rock. 
Des représentations auront lieu samedi 20 h à la salle Anaïs-Allard-Rousseau, de même que vendredi, samedi et dimanche prochains.