Émile Légaré Turcotte, Jacob St-Arnaud et Vincent Fleurent, des élèves de l’école secondaire Chavigny interprètent à la guitare une chanson de Nirvana.

Jam ta vie, un projet stimulant

Trois-Rivières — Des élèves passionnés par la musique avec du talent à revendre. Des locaux aménagés en véritable studio de musique. C’est l’ambiance qui règne à l’école secondaire Chavigny depuis l’arrivée du projet Jam ta vie.

L’école a été sélectionnée afin de représenter la région dans le cadre du concours «Mon fleuve chanté» organisé par la Fondation des Cowboys Fringants. Les élèves devront créer une chanson complète sur le thème du fleuve Saint-Laurent. Il y aura un lancement d’album au printemps prochain qui aura lieu à Montréal.

Durant les prochaines semaines, un parolier et un artiste connus viendront présenter des ateliers aux étudiants afin de les aider à créer les chansons qui seront sur l’album.

Ce projet parascolaire a débuté en avril dernier, afin de permettre aux jeunes de développer le volet culturel au sein de leur école secondaire.

C’est Chantal Couturier, directrice de l’école Chavigny, qui a parlé du projet aux employés de l’école.

Jocelyn Auger, psychoéducateur, a tout de suite aimé l’idée et il s’est engagé à soutenir le projet étant lui-même musicien. Le seul prérequis pour faire partie du projet: avoir une base en musique. «Depuis la création de Jam ta vie, nous avons un peu plus de 17 jeunes qui viennent durant les deux périodes allouées à cet effet. On peut donc dire que c’est un succès», explique M. Auger.

«C’est un projet qui aide aussi les jeunes avec des problèmes d’habiletés sociales. Dès que je vois quelqu’un de seul dans l’école, je n’aime pas ça. Le plus grand des maux dans notre société c’est la solitude. J’encourage donc les élèves à venir participer au projet afin de faire de nouvelles connaissances», renchérit M. Auger.

«Grâce au projet Jam ta vie, j’ai rencontré des amis avec qui je forme actuellement un groupe. On se voit en dehors de l’école pour faire de la musique», affirme Jacob St-Arnaud, élève de l’école secondaire Chavigny.

«La musique est une passion, nous en avons toujours fait en famille à la maison. Lorsqu’on m’a parlé du projet, j’ai pris la décision de l’essayer. Depuis ce temps, j’assiste toujours aux pratiques. Venir faire de la musique, ça me permet de faire de nouvelles connaissances, mais aussi de me détendre», affirme Émile Légaré-Turcotte, élève de l’école secondaire Chavigny, qui compte s’inscrire dans un programme de musique au cégep.

Ce projet a aussi eu un impact positif chez d’autres jeunes avec des problèmes de consommation de drogues.

«Plusieurs jeunes ont des problèmes de consommation. Un projet comme celui-ci leur fait rencontrer du nouveau monde et les aide à développer une passion. Pendant qu’ils jouent de la musique, ils ne pensent pas à consommer ou à faire des méfaits», explique M. Auger.

Des cours optionnels en lien avec le projet Jam ta vie ont aussi été mis sur pied.

Dans le cadre du cours MultiCom, les élèves ont un contrat, celui de créer entièrement une affiche publicitaire à l’effigie du projet Jam ta vie.

«Les élèves ont beaucoup apprécié de créer des affiches publicitaires. Plusieurs élèves manquaient de motivation lors des cours habituels et ils ont trouvé l’expérience enrichissante et inhabituelle», explique M. Auger.