Maestro Jacques Lacombe occupait les postes de directeur artistique et chef attitré de l’OSTR depuis 2006.

Jacques Lacombe quitte l’OSTR

TROIS-RIVIÈRES — Le directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Jacques Lacombe, quittera ses fonctions à la fin de la présente saison. Le maestro, qui s’était prévalu d’une année sabbatique qui prendra fin en juin 2019, ne sera pas de retour avec l’OSTR, qu’il dirigeait depuis bientôt 12 ans.

Par voie de communiqué, l’OSTR a fait connaître la nouvelle vendredi matin, rappelant que maestro Lacombe entreprendra cet automne un important mandat de trois ans à titre de directeur musical de l’Orchestre symphonique de Mulhouse en France. Il avait auparavant occupé les postes de chef principal de l’Opéra de Bonn, de directeur musical du New Jersey Symphony Orchestra, de premier chef invité de l’Orchestre symphonique de Montréal et de directeur musical de la Philharmonie de Lorraine en France.

«Bâtir un orchestre symphonique de qualité hors des grands centres, en dépit de moyens financiers très limités, est un défi colossal. Bien que la Ville de Trois-Rivières fasse figure de leader au Québec pour son soutien à la culture et en particulier à son orchestre, l’insuffisance des revenus, principalement de sources privées, en freine continuellement le développement. Dans un tel contexte, les musiciens des orchestres régionaux doivent multiplier les emplois et peinent à atteindre le seuil de pauvreté, ce qui engendre énormément de roulement des effectifs: un second obstacle au développement artistique. Quiconque persiste pendant plusieurs années dans de telles conditions ne peut que commander l’admiration. Nous exprimons donc notre sincère gratitude à Jacques Lacombe et nous saluons son arrivée en poste à l’Orchestre symphonique de Mulhouse, c’est une grande fierté pour nous et pour tous les Québécois», a déclaré la directrice générale de l’OSTR, Natalie Rousseau.

Cette dernière indiquait vendredi en entrevue qu’elle a appris la décision de Jacques Lacombe il y a environ deux semaines à la veille de son départ en vacances, mais ne se sentait ni le cœur ni l’énergie pour l’annoncer officiellement à ce moment. «Comme certains musiciens avec lesquels j’ai été en contact, nous ne sommes pas vraiment surpris mais attristés. Ce qui m’a étonnée c’est la rapidité avec laquelle la décision a été prise. Je soupçonne que la récente signature d’une nouvelle convention collective avec les musiciens a été déterminante. Dans ce nouveau contrat bon pour les quatre prochaines années, les musiciens pourront toujours se prévaloir de la possibilité de s’absenter 40 % du temps. C’est ce cadre-là que Jacques aurait voulu différent pour jouer avec des effectifs plus stables lui permettant de faire évoluer l’orchestre. Mais nous n’avons pas les moyens financiers pour l’assurer. Il faut savoir que sur quelque 200 musiciens qui ont joué avec nous la saison dernière, il n’y en a qu’une trentaine qui gagnent 30 000 $ par année ou plus.»

Malgré la situation, la directrice générale ne craint pas pour le futur de l’orchestre. «Je vois ça comme un défi intéressant. On a exploré le terrain pour le remplacement de Jacques pendant sa sabbatique et plusieurs chefs intéressants veulent diriger chez nous. Je suis rassurée quant à la valeur de l’orchestre et je pense que le contexte est favorable avec plusieurs jeunes chefs de grand talent qui percent au Québec. J’ai déjà quelques noms en tête.»

Le processus de remplacement est déjà entamé puisque Natalie Rousseau a rencontré vendredi le conseil d’administration de l’OSTR. Un comité de sélection sera très bientôt formé incluant des musiciens, des membres du CA, des experts et la dg croit pouvoir annoncer l’embauche d’un nouveau chef au cours de l’automne. «Ça va se faire d’ici Noël au plus tard et probablement avant. On veut qu’il puisse mettre son empreinte sur le programme de la saison 2019-2020 qui se finalise quelque part en février, habituellement. On a des critères établis comme le fait qu’il soit bilingue et ait une sensibilité aux régions mais à cause du niveau de l’orchestre, on ne peut exiger qu’il vienne de Trois-Rivières. Par contre, tant mieux si c’est le cas. Globalement, on va procéder par sollicitation de candidatures.»

Du côté des musiciens, le violoncelliste d’origine trifluvienne François Toutant qui est attitré à l’orchestre depuis huit ans tout en ayant joué au sein de l’OSTR depuis les années 90 a indiqué qu’il n’était pas surpris de cette annonce. «La situation que Jacques Lacombe décrit dans son message sur Facebook pour expliquer sa décision, on la comprend bien. Il aurait voulu, comme nous, avoir un effectif plus constant pour faire évoluer l’orchestre davantage mais ce n’est pas possible. Personnellement, j’aimerais me consacrer exclusivement à l’OSTR, qui demeure ma priorité, mais je ne pourrais m’assurer un revenu décent. Je joue donc au sein d’autres orchestres.»

«C’est sûr que ça va changer quelque chose à l’OSTR. Jacques est un excellent chef dont j’aimais beaucoup la méthode de travail très rigoureuse et efficace. Par contre, je suis conscient que dans la vie normale d’un orchestre, les chefs passent. Je ne vois pas ça comme un recul pour l’OSTR mais on va prendre une direction un peu différente et le prochain chef va apporter quelque chose de nouveau. C’est triste de fermer une page d’histoire mais il faut se dire qu’on s’en va vers autre chose.»