Steve Hill
Steve Hill

«Il y a moyen de rester positif là-dedans, j’essaie»

«Est-ce que le monde va être pareil après ? Non, ça c’est clair». Le musicien trifluvien, Steve Hill, souligne que la crise qui sévit actuellement est une période difficile pour tout le monde, mais qu’il faut rester positif.

«C’est au jour le jour, d’heure en heure. Il y a moyen de rester positif là-dedans, j’essaie», lance le virtuose de la guitare qui sortait tout juste de trois mois de «quarantaine» en studio.

C’est que le gouvernement a annoncé les mesures de confinement la journée même où Steve Hill a terminé son album. Ce dernier devait sortir en avril, mais ce ne sera fort possiblement pas pour tout de suite.

D’ici là, le Trifluvien qui partage son art un peu partout sur le globe habituellement suit les consignes et reste à la maison. Il ne sort pas, si ce n’est que pour faire du longboard de temps en temps. Il partage sa musique sur les réseaux sociaux de temps à autre et donne des cours de guitare en ligne.

«Je fais autre chose. On se tient occupé quand même. J’ai aussi l’impression que la création va recommencer».

«Je te mentirais en disant qu’il n’y a pas d’angoisse. C’est angoissant c’est sûr, mais je me sentirais bien mal de me plaindre. C’est dur pour tout le monde. Des fois c’est difficile de trouver le positif dans la situation, mais il faut le faire […] Il y a aussi un retour ver le «local». J’ai l’impression qu’il y a ça aussi qui se passe», conclut-il.