Lynn Diamond

Hommage à Lynn Diamond

TROIS-RIVIÈRES — Native de Trois-Rivières, la romancière et poétesse Lynn Diamond, décédée le 7 décembre dernier, fera l’objet d’un hommage public le samedi 25 mai à 17 h au restaurant Le Mondo de la rue des Forges au centre-ville trifluvien.

À travers trois romans (Le corps de mon frère, Le passé sous nos pas et Nous avons l’âge de la terre), un recueil de poésie (Tout l’azur dans la nuit profonde) publié aux Écrits des Forges en 2018 et de nombreuses nouvelles publiées dans des revues comme Arcade, Le Sabord, Moebius, diffusées sur les ondes de Radio-Canada ou publiées chez Tryptique, l’écrivaine s’est imposée dans le milieu littéraire québécois. Elle a notamment été finaliste au Prix des collégiens en 2003 pour Le corps de mon frère de même qu’au Prix Odyssée 2002 pour sa nouvelle Rendre visible l’invisible.

Son roman Le passé sous nos pas a été traduit et publié en anglais chez Guernica Editions à Toronto. Elle a aussi contribué en tant que critique à la revue bilingue Confluences et au Journal de l’Agora de la danse en plus de participer à plusieurs festivals littéraires et Salons du livre à Montréal, Toronto, Paris, Genève et Mexico.

Elle a quitté Trois-Rivières à 17 ans après des études au Collège Marie-de-l’Incarnation pour étudier à Montréal où elle a habité pour la plus grande partie de sa vie. Au moment de son décès, à l’âge de 60 ans, des suites d’une longue maladie, elle habitait Saint-Gabriel-de-Brandon. Elle a cependant demandé à ce que ses cendres soient ensevelies au cimetière Saint-Louis de Trois-Rivières ce qui sera fait lors d’une cérémonie plus tôt dans l’après-midi du 25 mai.

«Elle avait un profond attachement pour sa ville natale, d’indiquer Yves Gosselin, son conjoint. Même si elle a surtout vécu à Montréal, Trois-Rivières demeure la ville qui a constitué le creuset de son œuvre. C’est d’ailleurs dans sa ville natale qu’elle a situé l’action du Corps de mon frère, certainement son œuvre la plus marquante. C’était une personne de nature discrète qui n’a peut-être pas eu une très grande visibilité publique mais qui a été largement reconnue par ses pairs, ce qui était l’essentiel à ses yeux. D’ailleurs, Gaston Bellemare m’a fait savoir que sa mémoire sera honorée par une plaque dans le jardin commémoratif des poètes à Pointe-du-Lac aux côtés de gens comme Clément Marchand et Yves Boisvert.»

«On a dit de Lynn qu’elle était la chercheuse d’âme et c’est très juste. Elle possédait une technique romanesque lui permettant une construction narrative originale et très solide. Elle était d’une très grande rigueur, mais derrière ça, elle démontrait une capacité exceptionnelle à développer des thèmes pour aller au bout de ses questionnements. En ce qui me concerne, mon devoir est désormais d’assurer la pérennité de son œuvre qui le mérite amplement et c’est ce à quoi je travaille auprès des maisons d’édition qui devraient bientôt rééditer ses œuvres majeures.»

L’hommage sous la forme d’un 5 à 7 au resto-bar Le Mondo est ouvert à tous et pour l’occasion, plusieurs amis et proches feront des lectures d’extraits de ses écrits.