Jason Roy-Léveillé et Annie Villeneuve interprètent Danny et Sandy dans la comédie musicale Grease qui envahira  l'Amphithéâtre Cogeco ce week-end.

Grease s'amène à l'Amphithéâtre Cogeco

Annie Villeneuve, Jason Roy-Léveillé et toute la joyeuse bande de la mythique comédie musicale Grease s'amènent à Trois-Rivières le week-end prochain. Une escale à la fois attendue et appréhendée par l'interprète de Danny Zuko. «On est futurement nostalgiques parce qu'on sait que c'est fini après. À tout le moins pour cette année. On l'a vécu l'an dernier à Québec, on avait fait une trentaine de représentations. On a hâte, mais en même temps on ne veut pas que ça se finisse tout de suite», soulignait le comédien qui a entendu que de bons mots sur l'Amphithéâtre Cogeco.
Cette production signée Juste pour rire roule en effet depuis 2015, c'est donc un spectacle à maturité qui débarquera au confluent du fleuve et de la rivière Saint-Maurice les 1er , 2 et 3 septembre.
«Depuis trois ans, on a approfondi nos personnages. À tous les ans, le metteur en scène et tous les artistes qui sont sur scène veulent avancer aussi et apporter quelque chose de meilleur de fois en fois», explique Jason Roy-Léveillé.
«Pour ma part, j'ai tracé la ligne un peu plus clairement entre le Danny Zuko qui est seul avec Sandy - romantique, sensible et attentionné - et celui qui est devant ses amis - le coq, le bad boy qui se pense bon. Au début c'était plus flou tout ça, mais maintenant j'ai un malin plaisir à me promener dans tout ça. On a aussi ajouté des choses au niveau des chorégraphies. La mère à Annie m'a bien avertie de ne pas l'échapper», lance-t-il en riant de bon coeur tout en glissant que les prouesses de rock'n roll acrobatique étaient sécuritaires.
Pour le comédien, qui a notamment interprété le fils de Pierre Lambert dans la populaire série Lance et compte, l'arrivée de cette comédie musicale lui a permis de réunir plusieurs champs d'intérêt. «C'est un beau défi. La comédie musicale, c'est le chant, la danse et le jeu. Ce sont trois de mes passions alors je n'ai pas à choisir.» Pourtant, aussi excitant que le défi puisse être, incarner Danny Zuco, invoque quasi automatiquement une comparaison avec l'interprétation de John Travolta.
«Au début, on avait une pression, parce que c'est Grease. C'est connu, c'est multigénérationnel. Moi j'étais associé à John Travolta, mais à un moment donné je me suis dit: "on ne fait pas un copier-coller". Il faut que j'amène de moi là-dedans, un peu mon grain de sel. La note générale c'est vraiment de s'amuser et de faire triper le monde.»
«Il y a aussi un côté comique qui est amené aux personnages et à la mise en scène puisque c'est Juste pour rire. Ça faisait longtemps que je voulais jouer ça. J'ai joué plusieurs rôles dramatiques et jeunesses. De me lancer dans le comique et physique, c'est quelque chose qui m'intéressait beaucoup. C'est le fun aussi de jouer un personnage comme ça et que ça passe, dans le sens que le gars il se pense tellement bon, il est tellement au-dessus de ses affaires... C'est très caricatural, mais aussi très assumé, comme le film.»
«Le plaisir c'est aussi les chansons! Dès que Summer nights commence au début, tu entends juste la base au début et tout le monde se met à crier! C'est vraiment un beau trip pour nous autres», se réjouit-il.
La bonne cohésion de l'équipe n'est pas étrangère à l'atteinte de cet objectif, soit un retour festif dans un univers coloré des années 50. «La chimie avec le groupe s'est faite très rapidement. C'est une belle gang. Et Annie... Je reste dans les coulisses à toutes les fois que je ne suis pas sur scène pour la regarder chanter. On s'est apporté beaucoup tous les deux, on s'est échangé nos trucs. Ç'a été comme ça avec tout le monde parce qu'on venait de tous les horizons. C'était très enrichissant comme expérience. On s'est amusé.» 
«C'est quoi le chemin pour se rendre là?»
Jason Roy-Léveillé ne laisse pas l'appel d'une passion sans réponse. Il laisse plutôt sa curiosité prendre les rênes et partir en exploration.
«J'ai toujours aimé chanter. Je me demandais si j'avais le droit de faire ça dans la vie? C'est quoi le chemin pour se rendre là?» Avec la complicité de son agente et la production d'un démo, il a décroché son premier rôle dans la comédie musicale Big Bazar avant de se joindre aux Vikings un groupe de chanteurs qui se promène dans différents événements de la province.
«J'étais le seul pas rapport qu'il y avait là!», s'exclame-t-il. «À mon premier spectacle, j'ai chanté avec Marjo, Paul Piché, Jonas, Pascale Picard et Garou! Disons que j'avais les jambes molles un peu, mais c'est comme ça que tu apprends. Jonas m'a montré quelques trucs puis après je m'assumais», poursuit-il en riant.
Maintenant, il embrasse cette passion et la nourrit avec The Brothers, un band qu'il a formé avec des amis. À la lumière de ses succès, il semble avoir trouvé un bon chemin.