La foule était nombreuse pour entendre Loud, lundi soir.

FestiVoix: une première moitié parsemée de records

Trois-Rivières — La 26e édition du FestiVoix en est seulement à la moitié de sa programmation et déjà, elle s’inscrit comme l’une des plus fructueuses de l’histoire de l’événement.

En plus d’avoir enregistré une foule record de 20 000 personnes lors du spectacle de la formation The Offspring, le FestiVoix a connu une première moitié des plus lucratives en matière de ventes aux dires du directeur général de l’événement, Thomas Grégoire. Selon lui, plusieurs commerces présents au centre-ville de Trois-Rivières ont eux aussi connu le week-end le plus achalandé de leur histoire. Ce sont des chiffres qui augurent bien aux yeux du directeur général.

Marc Dupré s’est produit devant plus de 17 000 personnes sur la scène des Voix Populaires dimanche soir.

«Il est crucial pour un festival de cette envergure d’avoir de telles retombées pour la ville. Nous sommes extrêmement heureux de pouvoir appuyer les commerces environnants de par nos spectacles», ajoute M. Grégoire.

L’équipe d’organisation du festival peut également dire mission accomplie jusqu’à maintenant en ce qui a trait à son objectif d’intéresser des partisans de plusieurs styles musicaux différents puisque tous les artistes ont fait déplacer les foules. Dimanche soir, Marc Dupré a même foulé les planches de la scène des Voix Populaires devant plus de 17 000 personnes. Les scènes secondaires, quant à elles, sont aussi fréquentées comme jamais auparavant par les festivaliers. Notamment, la scène des Voix classiques a affiché complet durant les trois jours d’activités pour une première fois dans l’histoire du FestiVoix. De quoi rendre fier le comité organisateur. «L’objectif ultime du festival est de fournir aux visiteurs une grande diversité musicale. Le fait de constater un fort intérêt pour tous les styles que l’on présente nous fait vraiment chaud au cœur», ajoute M. Grégoire.

Koriass a fait le bonheur de ses fans, lundi soir.

Lundi soir, les amateurs de hip-hop étaient servis alors que pour la toute première fois, un programme double de ce genre de musique a été présenté sur la scène des Voix populaires. Ce sont les artistes québécois Koriass et Loud qui ont joué devant un public invité gratuitement à l’occasion de la fête du Canada. «Nous voyons un peu ces spectacles comme un test pour les prochaines années. Si le hip-hop s’avère une réussite, nous n’aurons aucune hésitation à répéter l’expérience lors des prochaines éditions», explique Thomas Grégoire

Le directeur général se dit également comblé de voir l’éventail de groupes d’âge différents qui se présentent aux prestations musicales. «Parmi notre public, on retrouve autant des enfants que des aînés et autant d’amateurs de rock que d’amateurs d’opéra et de rap. On peut donc affirmer que le FestiVoix est en mesure de rendre la culture musicale accessible à tous. C’est là la mission première de notre équipe.

Par ailleurs, la météo n’a nullement affecté le rendu du festival selon les organisateurs qui soutiennent que tous les festivaliers sont des plus motivés et préparés, peu importe la condition météorologique.

Lorsque questionné sur la raison principale de tous ces succès, Thomas Grégoire souligne immédiatement le travail crucial mené par les bénévoles qui ne ménagent jamais les efforts pour faire du festival une réussite à tous les égards. «Nous essayons toujours d’avoir un impact positif sur l’expérience vécue par les visiteurs. C’est pourquoi nous sommes aussi dévoués et n’hésitons pas à nous impliquer de tout cœur», raconte la bénévole Megane Jacques.

Rappelons que le FestiVoix reprendra l’action ce jeudi alors que Martin Levac, Colin Moore, Julie Massicotte ainsi que plusieurs autres artistes se produiront sur scène.