Accompagné de ses musiciens, Claude Dubois a interprété plusieurs de ses grands succès au plus grand plaisir de la foule.

FestiVoix: «la 25e édition fut grandiose»

TROIS-RIVIÈRES – Au terme de neuf jours de festival et plus de 100 spectacles, le constat est clair, la 25e édition du FestiVoix est une édition qui passera à l’histoire.

«C’est une édition historique! La fréquentation a été exceptionnelle, nos artistes ont été spectaculaires et la température a été de notre côté, que demander de plus? Cette 25e édition a été une aventure humaine et culturelle incroyable. Nous pouvons dire mission accomplie!», s’exclame Thomas Grégoire, directeur général du festival avec la voix enrouée.

Dimanche, quelques heures avant le spectacle de clôture où Claude Dubois se produisait, la pression était tombée. La fatigue accumulée des derniers jours a fait place à un fort sentiment de satisfaction et d’accomplissement pour les organisateurs. «Nous allons savourer pleinement cette dernière soirée et prendre le temps de réaliser tout ce que nous avons vécu. Cette édition était réellement au-delà de nos attentes», confie M. Grégoire.

Une programmation diversifiée
Si la direction du FestiVoix peut se permettre d’offrir une programmation aussi diversifiée avec autant de spectacles, c’est que sa réputation sur la scène artistique s’est construite au fil des éditions. «Nous avons beaucoup plus de facilité à programmer des artistes. Nous commençons à être connus. Les artistes se parlent entre eux et notre réputation est excellente. La réputation du public trifluvien n’est plus à faire. Les artistes aiment se produire sur la scène de Trois-Rivières et que dire du décor enchanteur», souligne M. Grégoire en regardant la scène qui donne directement sur le fleuve.

Thomas Grégoire, directeur général du FestiVoix.

En effet, cette année, certains artistes ont même fait plusieurs apparitions au festival. C’est notamment le cas de Vincent Vallières qui a clairement avoué son amour à la foule trifluvienne samedi soir. «Vous êtes le meilleur public», a lancé celui qui a participé à trois spectacles au cours du FestiVoix.

Anne Boucher, directrice des communications et coordonnatrice à la programmation du FestiVoix, raconte qu’elle a reçu des remerciements des groupes Bad Religion et Three Days Grace. «Ils m’ont écrit qu’ils avaient vraiment aimé l’expérience et qu’ils étaient prêts à revenir. Je ne sais pas ce qui se passe, mais nous avons un retour incroyable des artistes. Ils aiment vraiment jouer à Trois-Rivières», raconte-t-elle.

Un festival en croissance
Depuis plusieurs années, le nombre de billets vendus ne cesse d’augmenter. En 2017, 32 545 billets avaient été vendus en plus des 15 500 passeports. Cette année, la direction estime que ces chiffres ont été dépassés. «Nous avons accéléré notre croissance au cours des dernières années. Cette édition a été notre plus grosse», affirme M. Grégoire.

Est-ce qu’il y a encore de la place pour croître? «Chaque année, nous réfléchissons à cette question. Oui, il reste encore un peu de place, mais il est important pour nous de garder la qualité de spectacle que nous offrons, la proximité des artistes et l’intimité des soirées offertes», relate M. Grégoire.

Des milliers de personnes étaient présentes pour entendre Claude Dubois dimanche, dernière soirée du FestiVoix de Trois-Rivières.

De retour au travail en septembre
En septembre, le comité organisateur entend faire le bilan. «Nous allons évaluer ce qui a bien été et ce qui a moins bien marché. L’important, c’est de toujours se remettre en question et ne rien tenir pour acquis», précise le directeur général. Ce dernier tient d’ailleurs à souligner le travail des 400 bénévoles qui ont participé à cette édition.

Est-ce que l’édition 2019 est déjà en branle? «Évidemment», lance avec un sourire en coin M. Grégoire. Mais pas question pour le moment de dévoiler quoi que ce soit. «En attendant, je vous dirais que mon droit de réserve m’oblige à un peu de modestie, mais la 25e édition du FestiVoix fut grandiose!», termine Thomas Grégoire.