Thomas Grégoire, directeur général du Festivoix

FestiVoix: 60 % des passeports vendus

Trois-Rivières — La programmation définitive de l’édition 2019 du FestiVoix a été rendue publique mercredi alors que la direction du festival a annoncé l’identité des artistes qui se produiront sur la grande scène et celle de la vieille prison dans le cadre d’un point de presse.

On retiendra notamment de cette rencontre une autre annonce démontrant que le public fait pleinement confiance aux programmateurs puisque la vente des passeports s’est faite à rythme très élevé sans même qu’on ait fait connaître les 405 artistes qui se produiront du 27 juin au 7 juillet. Ainsi, on a déjà écoulé 60 % des 16 500 passeports disponibles ce qui constitue des ventes 95 % plus importantes que celles de l’an dernier à pareille date. Or, en 2018, on avait vendu tous les passeports avant même la fin de la période de prévente. Est-ce bien le parfum du printemps qu’on sent ou celui des records?

Puisqu’on est dans les ventes, il semble que celles des billets journaliers pour les spectacles les plus courus sont tout aussi convaincantes. Thomas Grégoire, directeur général du FestiVoix, a confirmé que presque tous les billets ont été écoulés pour The Offspring alors qu’il reste encore de la place pour les autres soirées bien qu’il incite les gens à faire vite pour se procurer leurs sésames. «On a une nouvelle zone avant-scène pour Marc Dupré, par exemple, qui risque de se vendre très rapidement alors, il faut se dépêcher à se procurer ses billets. Pareil pour les passeports. On sait que pour maintenir le confort des spectateurs et que l’expérience du FestiVoix demeure agréable, on tient à limiter le nombre de billets disponibles. On veut conserver une certaine proximité des spectateurs avec les artistes, une sorte d’intimité que la diversité de nos sites permet encore.»

On a indiqué mercredi que 105 spectacles auront lieu pendant l’événement; parlons donc programmation. On a complété mercredi le menu de la scène principale dont on connaissait déjà les grandes têtes d’affiche. Il faut y ajouter Gerry par Justin Boulet avec Sin Salida en première partie le 27 juin, Marc Dupré précédé sur scène par Jérôme 50 le 30 juin, Martin Levac avec son hommage à Phil Collins avec, en première partie, Colin Moore le 4 juillet, 2 Frères avec Roxane Bruneau en ouverture de rideau le 5 juillet. Notons également que Rémi Chassé assurera la première partie de la prestation de Sylvain Cossette le 6 juillet.

Pour ce qui est de la scène située dans la cour de la vieille prison du Musée POP, elle reprend du service selon la même formule que l’an dernier à savoir une musique acoustique, de la bouffe sur BBQ et de la bière de microbrasseries. Petit ajout en 2019: de l’ombre pour le confort de tous puisque les spectacles s’y dérouleront à partir de 17 h. Se succéderont sur la scène: Stephen Faulkner (27 juin), Safia Nolin (28 juin), Mara Tremblay (29 juin), Elliott Maginot (30 juin), Clay and Friends (1er juillet), le Hot Club de Trois-Rivières (4 juillet), Harry Manx (5 juillet), David Goudreault (6 juillet) et Simon Laganière (7 juillet). 

Mentionnons par ailleurs la présence d’Alexandra Stréliski le 29 juin, d’Alexandre Da Costa le lendemain et de Valérie Milot en compagnie de Marianne Lambert et Mathieu Lussier le 4 juillet sur la scène des Voix classiques à la Maison de la culture.

Autres noms qui retiennent l’attention sur la scène des voix jazz du Parc des Ursulines, cette fois: Stéphane Wrembel (29 juin), Lorraine Desmarais (30 juin), Manon Brunet (4 juillet), le François Bourassa Quartet (5 juillet) ainsi que BET.E le 7 juillet. N’oublions pas la scène des voix libres avec, notamment, Élisapie Isaac (28 juin), Bartula (30 juin) ou Around Joshua (6 juillet). 

Thomas Grégoire a également fait savoir que la tendance art de vivre du FestiVoix prend de l’ampleur avec l’ajout de ce qu’on appelle l’Espace Castel, un coin situé dans la cour de l’église St. James où quelque 400 festivaliers pourront se restaurer avec sandwiches et salades de l’équipe du Castel des Prés tous en écoutant des spectacles retransmis sur écran géant. Le concept aura l’avantage non seulement d’offrir un endroit de détente agréable à l’ombre de grands arbres avec menu végétarien ou sans gluten mais contribuera à diminuer la pression sans cesse grandissante de l’affluence sur le site du Monastère des Ursulines dont les prestations musicales seront retransmises en direct sur le nouvel écran géant. 

Thomas Grégoire a clamé sa fierté de pouvoir présenter une programmation de ce niveau dans le contexte de la compétition que se livrent les différents événements à l’approche de l’été. «Le marché des festivals dans le monde explose, les artistes sont très sollicités ce qui augmente les coûts de production et les cachets. Heureusement, nous avons une bonne relation avec les autres festivals ce qui nous permet de s’associer à d’autres événements pour faire venir des artistes de sorte que malgré une augmentation mesurée de nos budgets de programmation, nous nous en sortons vraiment très bien et nous maintenons nos principes de diversité, de qualité et d’accessibilité de notre programmation.»

«Ce n’est pas rien de pouvoir présenter quelque 450 artistes et 105 spectacles dans une diversité qui va plaire à toutes les générations tout en conservant le coût des passeports à 46 $ en prévente. Ça ne tient pas qu’au budget mais aussi à la qualité et à la crédibilité de l’organisation qu’on a établie avec les années.»