Le dévoilement de la programmation du Festival Petits Bonheurs s’est fait en présence de, de gauche à droite: François Bélisle, conseiller municipal, Mélanie Brisebois, responsable de la diffusion jeune public à Culture 3R, Daniel Cournoyer, conseiller municipal et Stella Montreuil, présidente de Culture 3R.

Festival Petits Bonheurs: des moments privilégiés

Trois-Rivières — Le Festival Petits Bonheurs a neuf ans et sa pertinence ne s’est non seulement jamais démentie mais elle se démontre davantage d’année en année. C’est pourquoi l’événement, qui aura lieu du 3 au 12 mai prochains, continue de prendre de l’ampleur et élargit ses horizons pour répondre à une demande de plus en plus ciblée.

Rappelons qu’on y offre ateliers et spectacles de qualité professionnelle aux petits de 0 à 6 ans. Les activités se dérouleront dans plusieurs lieux comme des bibliothèques municipales, les musées Boréalis et POP, le centre d’exposition Raymond-Lasnier sans compter le pique-nique familial qui aura lieu le 4 mai au Centre culturel Pauline-Julien.

Des nouveautés viennent garnir la programmation 2019 comme l’activité papa-enfant et un spectacle en provenance d’Amérique du Sud, quelque chose d’inédit dans le cadre de l’événement trifluvien. La première, le vendredi 10 mai à 18 h 30, porte le sympathique nom de Papa BOOM et constitue un atelier de percussions à la salle Anaïs-Allard-Rousseau que papa peut partager avec son enfant de 3 à 5 ans pendant qu’un espace détente sera aménagé pour que maman puisse prendre une relaxante pause. Pour ce qui est de l’autre nouveauté, présentée à la salle Anaïs-Allard-Rousseau, il s’agit du spectacle intitulé Nana Raíz (Une berceuse racine) en provenance du Costa Rica mais présenté en français. Ce théâtre de marionnettes d’une durée de 30 minutes s’adresse aux petits de 6 mois et plus qui seront transportés dans la chambre à coucher d’un bébé qui s’ouvre un monde onirique de jungle, de plage, de hamacs et d’animaux. Le spectacle sera présenté à la salle Anaïs-Allard-Rousseau le vendredi 10 mai à 9 h 30 et 11 h. 

Une autre activité effectue un retour dont les organisateurs sont particulièrement fiers. Il s’agit de  Contes et élus  au cours de laquelle un élu trifluvien ira à la rencontre des tout-petits dans un CPE de son district pour raconter aux petits une histoire écrite par un auteur de la région.

Il convient aussi de s’arrêter au spectacle Sensacional en provenance d’Espagne pour ce qu’il représente d’innovation et d’avant-gardisme. Il s’agit d’une expérience visuelle et sonore dans laquelle les enfants, vêtus de blanc, vont se promener sur un plancher blanc sur lequel des images seront projetées faisant des tout petits des écrans vivants avec tout ce que cela ouvre de possibilités ludiques. Il aura lieu le mardi 7 mai à 9 h, 9 h 45, 10 h 30 et 11 h 15 à la salle Louis-Philippe-Poisson.

Trois autres spectacles de scène seront présentés. Le 3 mai, à 9 h 30 et 11 h, on pourra voir Bout à Bout d’une troupe française travaillant avec l’objet  à la salle Louis-Philippe-Poisson.  MAPA, de la troupe québécoise Théâtre des Petites Âmes, sera offert le lundi 6 mai à 9 h 30 et 11 h à la salle Anaïs-Allard-Rousseau. Également, le Petit Théâtre de Sherbrooke présentera aux petits de 3 ans et plus ses Histoires à plumes et à poils le dimanche 12 mai à 15 h à la salle Anaïs-Allard-Rousseau. 

Au chapitre des activités, notons également  Ma première visite au musée  les 4 et 11 mai, 10 h 30, à Boréalis, Un intrus au Musée, le 5 mai à 10 h et 13 h au Musée POP,  Mme Pissenlit et les géants le dimanche 5 mai à 10 h 30 à la bibliothèque Maurice-Loranger, le Conte Zen avec Annie Provencher le 6 mai à 18 h 30 à la bibliothèque Gatien-Lapointe,  Miroir Miroir, le 8 mai à 9 h, 11 h, 13 h et 15 h au centre d’exposition Raymond-Lasnier, Bébélitôt avec Didi, le mercredi 8 mai et le jeudi 9 mai à 9 h 30 à la bibliothèque Aline-Piché de même que Les p’tites vues pour minis le samedi 11 mai à 10 h au centre culturel Pauline-Julien.

Il convient de consulter les sites web de chacun des lieux de présentation pour connaître les détails de chaque activité et le prix d’entrée demandé pour certaines d’entre elles.

Globalement, il ne fait aucun doute dans l’esprit de Mélanie Brisebois, responsable de la diffusion jeune public à Culture3R, que le succès du Festival Petits bonheurs  force l’événement à se renouveler. «Faire de la diffusion jeune public demande qu’on se renouvelle parce que le public lui-même se renouvelle constamment. S’adresser à la petite enfance est encore plus pointu parce tout y est complètement différent. Nous avons fait nos classes à travers les années mais il a fallu aussi éduquer le public. Il fallait le convaincre de la valeur de l’événement et après neuf ans, c’est tellement réussi dans tout le réseau québécois des  Petits Bonheurs  qu’on a aussi développé un réseau québécois de création visant précisément la petite enfance.»

Présente dans ce créneau depuis le premier Festival Petits bonheurs, la responsable peut maintenant constater les retombées. «Dans ma série théâtre enfant jeunesse qui s’adresse aux enfants d’âge primaire, je vois beaucoup d’enfants qui venaient aux  Petits Bonheurs  dans le passé accompagnés d’adultes. Ces derniers ont été convaincus par la qualité de ce qu’on offrait mais aussi de ce que ça apporte dans leur relation à l’enfant. Ce sont des moments magiques et privilégiés vécus à travers dans le rythme fou des activités quotidiennes. C’est précieux.»