Pour une quatrième année, le Festival international Danse Encore propose Dansexpérience, un 5 à 7 qui permet de rencontrer les artistes dans un contexte très intime.

Festival international Danse Encore: voir et vivre la danse

Quand on détient la recette d’une formule gagnante, il faut s’y accrocher et travailler à la bonifier. C’est ce que fait l’équipe de Danse Encore avec sa 24e édition. Le meilleur concentré sur quatre jours et teinté de cette volonté de rendre la danse accessible à tous, c’est déjà une base solide pour bâtir. L’un des ingrédients originaux de ce buffet gargantuesque de propositions de haut niveau est le Dansexpérience du jeudi qui donne le coup d’envoi aux festivités.

Cette formule qui revient depuis quatre ans permet d’ouvrir l’appétit des amateurs de danse avoués et, surtout, celui des curieux en exploration. Pas besoin d’être un fin connaisseur ou un dignitaire, l’intérêt et l’ouverture d’esprit suffisent pour savourer une expérience immersive VIP. La formule 5 à 7 proposée aux adultes sera encore une fois des plus intéressantes non seulement par les rencontres avec les artistes mais également pour la visite des coulisses de la Maison de la culture et de la salle J.-A.-Thompson.

En nouveauté cette année, l’activité sera aussi proposée aux élèves de l’École primaire d’éducation internationale qui pourront s’initier au monde de la danse et être en contact avec les danseurs issus de différentes cultures.

C’est Fabiola Toupin qui a le bonheur d’animer ce parcours initiatique. Elle parle d’ailleurs avec passion de ce mandat qu’elle a depuis trois ans. «L’intimité qu’on a avec l’artiste est un privilège tout comme le fait de l’entendre parler l’artiste de sa démarche artistique avant de le voir danser. On ne voit plus la performance de la même manière. Notre regard est teinté et ça donne une valeur ajoutée. Il y a quelque chose de fascinant. Ils font parfois des numéros uniques pour le DansExpérience et d’autres fois, ce sont des extraits des numéros qu’ils vont présenter lors du gala», expose celle qui animera en français, anglais et espagnol.

Celle qu’on connaît aussi pour ses performances vocales voit comme un avantage d’être une néophyte quand on parle de danse. «Je ne suis pas issue du milieu de la danse donc la curiosité que je peux avoir et les questions que j’ai envie de poser aux artistes, je pense que ça peut rejoindre monsieur et madame Tout-le-monde, car je suis un peu comme eux, je me questionne. Je ne suis pas spécialisée en danse donc je ne pose pas des questions très pointues. Ça permet au public de se retrouver dans mon genre d’animation.»

Lors du parcours d’une durée de deux heures qui passera par des lieux qui seront envahis par des artistes internationaux, les participants auront cette chance unique de pouvoir recevoir le point de vue de l’artiste avant sa performance. «Peu importe dans quel médium un artiste opère, ce regard qu’il veut porter sur le monde, c’est important de le partager. Je pense que n’importe quel créateur pourrait dire ça. Mais quand l’œuvre est livrée, elle ne nous appartient plus et elle se prolonge dans le cœur de l’autre. Ça fait aussi partie de la magie des choses. Quand on peut jumeler les deux, le point de vue de l’artiste et notre regard à nous, ce que ça nous fait ressentir, c’est très riche. Le mot expérience dans le nom de l’événement prend tout son sens.»

Les billets sont disponibles au coût de 32 $ au guichet du foyer de la Maison de la culture avant l’événement.

Formule pour enfants

L’ajout cette année d’un Dansexpérience pour les enfants fait partie des initiatives que l’équipe de Danse Encore met de l’avant pour démocratiser cet art. La formule sera une copie assez juste de ce qui est offert aux adultes. Le trajet est le même et les artistes présentés aussi. De petites bouchées sucrées seront servies accompagnées d’un verre de mousseux, sans alcool bien sûr, pour faire comme les grands. Fabiola Toupin fera quelques ajustements à son animation mais rien de majeur. «Je vais demander à l’artiste de nous expliquer de façon un peu plus concrète sa technique et de nous donner des exemples pour que ce soit aussi imagé que didactique. On laisse aussi la porte ouverte aux enfants pour poser des questions», explique Fabiola Toupin qui souhaite susciter l’interaction avec les petits spectateurs.

«On veut les faire bouger pour garder leur attention. On ne veut pas que ce soit juste de l’information ou de l’observation.» Cette portion ne sera pas reprise dans la formule pour adultes. Nul besoin de s’inquiéter, le public ne sera pas appelé à danser mais plutôt à se régaler des performances.

Programmation étoffée

La multitude d’activités gratuites et les gros partys animeront la rue des Forges jusqu’à dimanche. Si l’appétit est là, l’offre généreuse saura la combler. La troupe de percussions AAINJAA, le Patin libre et Ample Man dance offriront des performances extérieures à la fois endiablées et surprenantes. Le méga party latin et le méga party Zumba promettent de réunir beaucoup de monde surtout si Dame nature tient ses promesses. Pour ceux qui souhaitent vivre le festival à plein, les galas de la salle J.-A.-Thompson, les spectacles de la Otra Orilla et de Tapestry & cie, à la Maison de la culture vendredi et samedi, seront tout indiqués pour étancher leur soif de grâce et de performances.