Le directeur général du Festival du cochon de Sainte-Perpétue, Michel Jutras.

Festival du cochon de Sainte-Perpétue: 700 billets vendus de plus

Sainte-Perpétue — Décidément, la disparition de la traditionnelle course au cochon graissé, devenue controversée au fil des ans, n’aura pas refroidi les ardeurs des amateurs du Festival du cochon de Sainte-Perpétue qui prend son envol jeudi. En effet, en date du 24 juillet, ils étaient plus nombreux à s’être procurés les «passeporcs», soit 700 de plus que l’an dernier, pour atteindre 3000, ce qui correspond au triple de la population locale.

Et le directeur général Michel Jutras reconnaît que le défi du sanglichon (un hybride entre un sanglier et un cochon domestique), en remplacement de la fameuse course au cochon graissé, constitue «une pointe de curiosité et une petite nouveauté». À découvrir samedi soir, sous le coup de 20 heures.

Selon lui, la nouvelle génération est derrière cette révolution au niveau des compétitions animales. «Cet hiver, on s’était dit: on n’est pas obligé d’être collé à ce qu’on présente depuis tant d’années. C’est la gang de jeunes qui nous ont amenés sur ce terrain-là. On a suivi. On a mis ça de l’avant parce que ce n’est pas nous autres qui allons continuer à faire vivre cet événement-là, ça va être les plus jeunes et il faut qu’ils le prennent en main. On a acquiescé à leur demande. Et jusqu’à date, c’est une très belle année», affirme-t-il.

La dernière course nationale au cochon graissée aura donc eu lieu le 4 août 2018. Traditionnellement, elle consistait à attraper un cochon à l’intérieur d’une arène en moins de 90 secondes pour le déposer dans un baril placé au centre de la surface. Les participants se devaient de respecter certains règlements vérifiés par un arbitre afin de ne pas blesser l’animal. Entre autres, ils ne pouvaient pas attraper le cochon par les oreilles, les pattes ou la queue.

Dimanche, comme autre compétition animale, on retrouvera les tirs de chevaux avec 24 duos de chevaux venant de tous les coins du Québec.

À son avis, la programmation artistique n’est pas étrangère aussi à un tel engouement pour cette 42e édition. «On dirait que la brochette d’artistes de cette année va rejoindre un même monde, d’où l’intérêt d’acheter un passeporc pour y aller plus d’une journée», fait remarquer M. Jutras.

Par exemple, jeudi, les 2Frères débarquent à Sainte-Perpétue avec leur nouvel album La Route. Le lendemain, un programme double avec Kaïn et Loud. Et le samedi 3 août, ce sera au tour des Cowboys Fringants de divertir la foule.

Sur la scène Coors Light se succéderont le duo Thibodeau-Côté de Nicolet, six musiciens de la région pour un hommage festif à Bob Bissonnette, un groupe de la Beauce, les Twin Brothers et le chansonnier Gilbert Lauzon. «Et on a ajouté une compétition de moteur avec les VTT le dimanche», évoque-t-il comme autre explication à la hausse des ventes de billets.