Énigma se dotera d’un nouveau jeu d’évasion avec énigmes si la campagne de sociofinancement lancée sur La Ruche leur permet d’amasser les 13 000 $ nécessaires au projet. Ce nouveau jeu sera basé sur le roman du Trifluvien Guillaume Morrissette L’affaire Mélodie Cormier. La photo nous montre, de gauche à droite, Véronique Vigneault, directrice à La Ruche, l’écrivain Guillaume Morrissette et Marie Milette, copropriétaire de Énigma jeux d’évasion.

Énigmes et enquêtes

Trois-Rivières — L’entreprise Énigma Jeux d’évasion annonce qu’elle offrira un nouveau jeu d’évasion basé sur le roman policier de l’écrivain trifluvien Guillaume Morrissette. Hérôle, la firme qui est derrière Énigma compte financer la mise sur pied de ce nouveau jeu grâce au principe du sociofinancement sur la plateforme de financement participatif La Ruche.

C’est à Guillaume Morrissette qu’on doit l’idée de cette nouveauté. L’écrivain, reconnu pour ses polars qui se déroulent à Trois-Rivières, a lui-même pris part à un jeu d’évasion d’Énigma et en est sorti avec l’envie d’en concevoir un lui-même. Il a fait part de son idée à Marie Milette et Éric-Paul Parent , copropriétaires d’Énigma qui se sont montrés ouverts à l’idée.

Si, au départ, Guillaume Morrissette n’avait pas forcément envisagé de se baser sur la trame d’un de ses romans pour élaborer le nouveau jeu d’évasion, c’est Marie Milette, qui a fait l’association avec un de ses titres, L’affaire Mélodie Cormier dans lequel l’assassin laisse derrière lui des énigmes pour orienter les recherches des enquêteurs selon son bon vouloir. «L’idée de faire un parallèle très direct avec le roman en concevant le scénario du jeu ce qui était une idée innovante et très intéressante aussi bien pour moi que pour eux, explique l’écrivain. C’est pourquoi le jeu s’appellera L’affaire Mélodie Cormier. Il faut savoir qu’il ne sera aucunement nécessaire d’avoir lu le roman pour avoir du succès dans le jeu. Les participants devront être en équipe de quatre pour résoudre les énigmes. Ils auront une heure pour en venir à bout ce qui va les orienter vers l’endroit où est cachée Mélodie Cormier. Ça exigera un travail d’équipe avec l’aide d’un personnage associé au jeu, et ils devront résoudre des énigmes de différents niveaux allant de faciles à très difficiles.»

Si tout se passe comme souhaité, le jeu sera disponible le jeudi 22 mars et, en collaboration avec le Salon du livre de Trois-Rivières, on comblera les 80 places disponibles pour la toute première journée d’existence du jeu.

Si le nouveau jeu se concrétise, il viendra prendre la place d’un des trois scénarios qu’Énigma offre présentement à ses clients. «Nous avions le jeu du lutin qui avait été instauré dans le contexte de Noël et qu’on a conservé à cause de sa grande popularité alors, le prochain jeu viendrait le remplacer, d’expliquer Marie Milette. Il faut absolument qu’on atteigne notre objectif total de financement de 13 000 $ d’ici au 7 mars prochain pour qu’on ait accès à cet argent-là. Si on n’atteint pas notre objectif, l’argent versé sera retourné aux donateurs. Le montant va couvrir les coûts de construction, les décors, les accessoires, la publicité ainsi que les contreparties.» Il faut bien comprendre que les gens qui vont contribuer au financement recevront des contreparties déterminées en fonction du montant de la contribution et dont la liste se trouve sur le site de La Ruche (https://laruchequebec.com/mauricie/).

Le recours à ce type de financement a d’autres avantages que strictement financiers. Comme l’indiquait en conférence de presse Véronique Vigneault, directrice chez La Ruche: «C’est de l’argent qui permet à des projets de voir le jour pour et par la communauté mais c’est également un bon outil de validation du marché. Si les gens contribuent, c’est qu’ils sont intéressés par le produit.»