Le Nouvelliste
À côté de l’animateur de la discussion, le professeur d’économie Frédéric Laurin, de l’UQTR, les participants du milieu culturel qui participaient au panel sur l’éducation non formelle dans les institutions culturelles étaient, de gauche à droite: Dominique Leblanc (Culture Shawinigan), Valérie Therrien (Musée québécois de culture populaire), René Paquin (Service des bibliothèques de Trois-Rivières), Julie Brosseau (Salon du livre de Trois-Rivières), Natalie Rousseau (OSTR) et Nancy Kukovica (Culture Trois-Rivières).
À côté de l’animateur de la discussion, le professeur d’économie Frédéric Laurin, de l’UQTR, les participants du milieu culturel qui participaient au panel sur l’éducation non formelle dans les institutions culturelles étaient, de gauche à droite: Dominique Leblanc (Culture Shawinigan), Valérie Therrien (Musée québécois de culture populaire), René Paquin (Service des bibliothèques de Trois-Rivières), Julie Brosseau (Salon du livre de Trois-Rivières), Natalie Rousseau (OSTR) et Nancy Kukovica (Culture Trois-Rivières).

Échanger pour mieux faire

François Houde
François Houde
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — L’idée qu’a eue Culture Mauricie de réunir chercheurs universitaires et intervenants du milieu culturel régional continue de démontrer sa pertinence. C’est du moins l’impression qu’on a eue en voyant l’intérêt manifesté par des représentants des deux groupes dans le cadre d’un panel portant sur l’éducation non formelle dans les institutions culturelles qui avait lieu au Musée québécois de culture populaire mercredi.