Les cinq filles de la troupe District 5 de Trois-Rivières ont suffisamment impressionné les maîtres de la compétition dimanche soir dernier pour mériter le droit de passer à l’étape suivante.

District 5: le feu à la scène

TROIS-RIVIÈRES — La participation de la troupe trifluvienne District 5 à l’émission de danse Révolution à TVA se poursuivra pour une autre ronde. Les cinq filles ont, aux dires des juges, «...mis le feu à la scène» et ont été retenues par ceux-ci pour passer au deuxième tour.

Preuve que l’enthousiasme ne s’est pas limité aux juges de l’émission, la troupe a été invitée à l’émission matinale de Salut Bonjour! lundi matin où les filles ont parlé de cette expérience de la première ronde mais ont aussi offert une prestation tout aussi impressionnante en direct en studio.

Pour leur entraîneur et chorégraphe Vincent Desjardins du Studio District V, cette première prestation des siennes à Révolution était parfaitement réjouissante. «Je trippais, vraiment, disait-il en entrevue au Nouvelliste. J’ai trouvé les filles excellentes. Évidemment, nous, on regarde le tout avec un oeil technique et on s’arrête aux petites erreurs qui ont pu être commises mais j’ai vraiment beaucoup aimé comment elles ont amené le numéro. Leur allure globale était excellente.»

Habituée des compétitions de haut niveau en danse hip hop, la troupe District 5, formée d’Alicia Gagné, Florence Gagnon Rock, Kyana Lygitsakos, Émily Nadeau et Lory Villard a dû s’adapter à un tout autre environnement et à un différent type d’évaluation. «Dans les compétitions officielles, c’est l’aspect technique qui est vraiment l’essentiel parce que c’est ce que le jury note d’abord et avant tout, explique Vincent Desjardins. Pour Révolution, nous sommes conscients que nous devons aller chercher tout le monde, incluant les spectateurs qui ne sont pas des grands connaisseurs de danse tout en conservant un solide niveau technique, évidemment. Ça nous permet de pousser davantage le côté créatif.»

«Dans la chorégraphie de dimanche dernier et dans celles qu’on va présenter plus tard dans l’émission, il me faut toujours aller chercher de l’original, de l’inédit. Si on refait ce que les juges ont vu des dizaines de fois, on ne pourra pas se démarquer à leurs yeux. Ce qui compte à la fin, c’est que l’ensemble du numéro soit le meilleur.»

Dans le cas de la chorégraphie offerte dimanche, elle a été conçue sur la chanson Toutes les femmes savent danser de Loud qui n’était qu’une possibilité sur dix chansons soumises initialement par le chorégraphe. «La chanson que le jury nous a donnée était excellente pour nous parce qu’elle est très populaire et offre un rythme que les gens aiment beaucoup. Ça donnait un pouvoir supplémentaire au numéro. Un des aspects dont on avait à tenir compte, ce sont les caméras à 360° qui font que les filles ne doivent pas seulement faire face aux juges mais aussi aller chercher le public qui est tout autour d’elles.»

En affrontant des interprètes dans différents styles, comment Vincent Desjardins fait-il pour que ses filles se démarquent? «D’abord, on tient compte de nos forces. On a un style funky et il est important de bien mettre en valeur les caractéristiques de notre style hip hop avec les isolations et le popping que l’on fait très bien. Les filles sont très puissantes et dynamiques et j’ai ajouté à la chorégraphie une touche féminine qui les mettait en valeur. Les maîtres ont apprécié»

La compétition se poursuivra donc pour le quintette trifluvien au cours des émissions à venir et bien qu’on sache qu’elles ne seront pas de l’émission de dimanche prochain puisque la première ronde d’élimination se poursuit, on ne sait pas encore quand on les retrouvera à l’écran.

«Il faut maintenant trouver la formule dans laquelle elles seront impeccables techniquement tout en étant originales. Il faut offrir le numéro qui impressionne le plus. Les filles sont jeunes mais elles ont beaucoup d’expérience et une très belle maturité ce à quoi elles ajoutent beaucoup d’énergie et une grande soif d’apprendre. C’est vraiment une bonne combinaison. Ça me donne confiance.»

Ce qui est certain, c’est que l’émission leur offre une visibilité incomparable. Sans compter que ça soude tous les membres du studio qui les supporte, ce qu’elles n’ont pas manqué de noter en entrevue à Salut Bonjour! lundi matin. Au visionnement de l’émission de dimanche soir, il y avait une soixantaine d’amis réunis pour les encourager.