Nathalie Viau

Deux Mauriciennes éliminées à La voix 8

TROIS-RIVIÈRES — Le bilan mauricien au terme de la toute première émission de la huitième saison de La Voix à TVA est décevant. Deux des quatre candidats en provenance de la région étaient au nombre des candidats de la toute première émission de la série dimanche soir mais Nathalie Viau, de Louiseville, et Rosie Lafrance-Marcotte, de Trois-Rivières, ont vu leur aventure prendre fin après une seule prestation.

Aucun des quatre juges ne s’est retourné à l’écoute de la chanson qu’elles avaient choisie.

La première des deux à se présenter a été Nathalie Viau, une enseignante en musique de 52 ans de Louiseville. La prof qui travaille dans quatre écoles primaires était accompagnée par un sympathique contingent de ses élèves venus la soutenir.

Elle a opté pour l’audace en interprétant I Lost My Baby de Jean Leloup, dans une version très originale et bluesy qui n’a cependant convaincu aucun des juges. Trop champ gauche, peut-être. Peut-être encore que Nathalie Viau n’avait pas la puissance spectaculaire que le jury semble rechercher.

La présence des enfants a permis aux appréciateurs de se tourner vers sa mission sociale en manifestant leur admiration pour son travail d’enseignante en musique tout en militant pour qu’on n’abandonne pas les programmes de musique dans les écoles. «La musique, je le sais, ça sauve des vies», a soutenu la Louisevilloise.

Rosie Lafrance-Marcotte

Au terme de la prestation, dans les coulisses où la chanteuse avait rejoint ses jeunes supporters et amis, Pierre Lapointe est venu la rejoindre pour lui dire qu’il venait d’apprendre qu’elle avait sacrifié une partie de son salaire pour sauver des programmes de musique dans les écoles où elle enseigne et qu’elle méritait pour cela son infinie gratitude et son admiration.

Pour ce qui est de la Trifluvienne Rosie Lafrance-Marcotte, 23 ans, elle a été la onzième candidate officielle de l’émission. Si Nathalie Viau avait peut-être péché par excès d’audace, Rosie Lafrance en a, apparemment, manqué. En choisissant la très belle chanson Le ciel se marie avec la mer de Jacques Blanchet, elle a opté pour un lyrisme qui ne cadrait pas dans les goûts des juges. Garou a parlé d’une «...sphère inhabituelle. Une sorte de rigodon de l’espace» (???) alors que Pierre Lapointe a été plus direct en indiquant qu’il avait trouvé Rosie Lafrance-Marcotte «...trop propre, trop sage pour la prendre dans mon équipe.» Marc Dupré, de son côté, a dit qu’il manquait un «oumph!» à la prestation .

On a pu apprendre que si elle habite désormais Trois-Rivières, Rosie a habité à Saint-Élie-de Caxton pendant dix-sept ans, qu’elle a été la voisine immédiate de Fred Pellerin qui lui a permis de chanter sur les Plaines d’Abraham dans le cadre du Festival d’été de Québec de même qu’en France dans un immense spectacle avec une chorale de 900 personnes. On a parlé davantage de Fred que de Rosie, en somme.

Deux autres candidats ont quitté la compétition à la suite de leur seule performance télévisée. En fin de compte, l’émission a permis d’inscrire trois candidats dans l’équipe de Marc Dupré, deux dans celles de Cœur de Pirate et Pierre Lapointe alors qu’il a fallu attendre la toute dernière candidate officielle pour voir quelqu’un joindre les rangs de l’équipe de Garou dont on ne sait pas pourquoi personne ne l’aime.

Une surprise de taille attendait le public et les juges à la fin de l’émission. La dernière candidate de la soirée était une femme d’un certain âge au talent prometteur du nom de Ginette Reno qui s’est présentée pour être jugée à l’aveugle. Aux toutes premières mesures de Je n’ai pas vu le temps passer, tirée de son dernier album, les quatre juges se sont retournés plus vite que leur ombre. Dans un concours d’adoration, ils ont tous rendu hommage à la grande dame dont on a appris qu’elle se joignait à l’équipe en tant que super coach. Je ne sais pas ce que c’est, mais tout le monde avait l’air bien content.

Les quatre prochains dimanches présenteront des auditions à l’aveugle histoire de compléter les quatre équipes formées chacune de douze candidats chacune. Pour ce qui est de la Mauricie, il reste deux candidats qui doivent passer l’étape des auditions à l’aveugle : Catherine Laurin et Anthonny Leclerc, tous deux de Trois-Rivières.