L’exposition Migrations sera réalisée sur le site de l’ancienne gare de Shawinigan. Sur la photo: Michel Angers, le maire de Shawinigan, Emilie Duchesne, conceptrice et coordonnatrice de Migrations, et Josette Villeneuve, coordonnatrice d’Interzone.

Deux expositions à ciel ouvert au cœur de Shawinigan

SHAWINIGAN — Mettre en valeur les ruelles du centre-ville et l’ancienne gare ferroviaire du Canadien Pacifique par une exposition d’art urbain à ciel ouvert: c’est ce que propose les projets Interzone et Migrations à travers un parcours extérieur qui sera accessible gratuitement dès le 12 juillet et jusqu’au 30 septembre.

Interzone revient pour une 2e édition dans les ruelles du centre-ville de Shawinigan, situé entre les 4e et 5e rue de la Pointe et entre les avenues Tamarac et des Cèdres. Cette fois, 13 artistes de la région participeront au projet, regroupant 12 îlots de création. «Il y a sept artistes de l’année dernière et il y a six nouveaux qui s’ajoutent pour étoffer davantage la ruelle. Ça vaut la peine de revenir faire un tour pour revoir les œuvres de 2018 et aussi les nouveaux artistes», souligne Josette Villeneuve, coordonnatrice du projet Interzone.

Les visiteurs pourront se promener dans l’arrière-scène de la ville, tout en y découvrant ses trésors. L’objectif de ce projet est de faire rayonner le travail des artistes de la région et de démocratiser l’art actuel dans une formule intrusive et insolite.

D’ailleurs, le public pourra rencontrer les artistes qui ont réalisé les différentes interventions artistiques. «En nouveauté cette année, il y a des visites commentées qui vont avoir lieu tous les vendredis à partir du 19 juillet jusqu’au 30 août entre 18 h et 20 h. Les visites sont faites par des artistes qui ont participé au projet», appuie Mme Villeneuve.

Du côté de l’ancienne gare, c’est le projet artistique Migrations qui se déploiera pour la toute première fois. Cette exposition a entièrement été réalisée par des femmes, provenant d’ici et d’ailleurs, afin d’initier des rencontres par le biais de l’art. «Migrations tourne autour des rencontres entre des artistes et des nouvelles arrivantes de la région. Elles sont toutes des femmes. Les œuvres des artistes viennent s’inspirer du parcours des migrantes. Donc, c’est un projet qui a généré beaucoup de belles rencontres, mais aussi des prises de conscience et une ouverture à d’autres réalités», certifie Emilie Duchesne, conceptrice et coordonnatrice de Migrations.

Le récit de vie des migrantes a grandement inspiré les artistes. C’est à partir de ces tête-à-tête que les différentes œuvres ont pris forme. «J’ai communiqué avec la migrante, j’ai pris rendez-vous et on a parlé ensemble. Elle m’a raconté son histoire. Je me suis laissée inspirer par son histoire pour penser mon œuvre. J’ai laissé mijoter tout ça pendant quelques semaines et finalement, j’ai décidé de partir de ce qui m’avait plus marqué, ses mains», confie Cindy Lemay, une artiste qui a participé au projet.

Les œuvres se retrouveront sur les ouvertures placardées de l’ancienne gare ferroviaire du Canadien Pacifique. «Le choix du lieu n’est pas anodin. Il représente à la fois par son essence le voyage, mais aussi il rappelle à notre mémoire que cette ville s’est bâtie sur l’affluence de gens de partout, ayant décidé de croire que la vie pouvait être belle ici à Shawinigan», précise Mme Duchesne. La bâtisse patrimoniale se situe sur l’avenue de la Station à Shawinigan.

Le vernissage conjoint des deux expositions aura lieu le 12 juillet. La soirée se déroulera en deux temps. Elle débutera en formule 5 à 7 pour Interzone dans la ruelle, là où les artistes seront présents afin d’accompagner les visiteurs dans la découverte de leurs installations. Ensuite, le public est invité à se déplacer vers la gare pour poursuivre la fête en formule 7 à 9 pour découvrir Migrations.

Ces deux projets artistiques sont possibles grâce au Conseil des arts et des lettres du Québec, un important partenaire financier.