Sagement retranché derrière son clavier, Gregory Charles a laissé toute la place à de jeunes virtuoses découverts à son émission de télévision dans le cadre du concert qu’il offrait jeudi soir à la Basilique Notre-Dame-du-Cap.

Des virtuoses pour faire vibrer la Basilique

Trois-Rivières — Tout le monde ne le sait pas mais la Basilique Notre-Dame-du-Cap est une salle de spectacle. Les habitués de Noël en lumière le savent, eux, pour y avoir entendu Mario Pelchat et les prêtres le 9 décembre dernier et Gregory Charles et ses virtuoses jeudi soir.

Le musicien au légendaire dynamisme présentait un spectacle de sa série virtuoses en compagnie de quatre jeunes prodiges: Marjorie Bourque, Laurianne Houde, Thomas Shahbaghyan, les trois au violon et Noel Campbell au violoncelle. Gregory Charles, lui, était sagement retranché derrière son clavier se contentant de les présenter et de les accompagner. Personne n’y a perdu au change et les quelque 875 spectateurs ont eu droit à des prestations aussi agréables qu’impressionnantes.

Comme il n’aime guère les formules trop convenues, Gregory Charles a fait ce que personne ne fait jamais: il a commencé son concert dix minutes en avance sur l’horaire fixé. Ce n’était pas initialement prévu: quand il a découvert l’orgue de la Basilique, deuxième plus gros en Amérique du Nord assure le coordonnateur de la culture et des événements au Sanctuaire Jonathan Houle, il a tenu à tester ses claviers si bien qu’il a ouvert la soirée avec une petite prestation sur l’instrument avant de descendre pour regagner le chœur avec ses quatre amis.

Les plus cyniques diront que Gregory Charles s’économise en faisant jouer les jeunes à sa place mais d’autres répliqueront qu’il a la classe de s’effacer devant les talents précoces et exceptionnels. À la lumière du concert, on aurait tendance à opter pour la seconde option. Les virtuoses ont offert de fort beaux moments de musique et d’émotion dans des interprétations souvent orientées vers le brio technique mais parfois aussi vers le lyrisme dont sont déjà capables ces jeunes musiciens. Une des beautés de cette approche, c’est que le public a pu découvrir de magnifiques pièces qui ne sont pas forcément très connues.

Il reste cependant que c’est sans doute la deuxième portion de ce concert qui restera le plus dans les mémoires. Le directeur musical de la soirée a appliqué une formule qui a fait sa gloire, celle des demandes spéciales. Il s’est promené parmi le public pour enregistrer de nombreuses demandes allant dans tous les genres. Il a rappelé à quelques reprises que les propositions dataient le plus souvent de bien avant la naissance de ses jeunes collègues. 

Il en a pourtant retenu plusieurs et souvent des musiques carrément inconnues de ses jeunes virtuoses. Il lui a suffi de leur indiquer le ton avant de lancer la mélodie au piano: tout juste assez pour que les musiciens puissent assurer un solide accompagnement. Dans certains cas, on pense à la musique du film La liste de Schindler, une des musiciennes connaissait la mélodie et les autres l’ont soutenue après quelques mesures à peine, arrivant à donner texture et émotion à l’interprétation. La formule est spectaculaire, amusante et donne de beaux moments d’émotion. C’est aussi une façon privilégiée de constater tout ce que ces jeunes gens ont acquis de connaissance et d’instinct à travers l’apprentissage de leur instrument. 

Tout cela pour dire que ce fut une très belle soirée, comme celle en compagnie de Mario Pelchat et les prêtres, d’indiquer Jonathan Houle. «J’avoue que les deux choix de spectacles à la Basilique ont été parfaits et le public a très bien répondu. Ce soir (jeudi), on visait 600 personnes et on en a 875. Pour Mario Pelchat, avec 1460 personnes, on était complet trois semaines avant le spectacle. C’est une excellente édition de Noël en lumière jusqu’ici. Pour le 15e anniversaire, on voulait marquer le coup et pour l’instant, c’est au-delà de nos espérances. Je ne veux pas m’avancer trop, mais disons qu’on s’enligne pour une très, très bonne année.»

Parmi les nouveautés de cette édition, on retrouve une scène installée à l’extérieur au bord du fleuve où se sont déjà produits Alain-François et Jérôme Couture et où on retrouvera Yves Lambert le 30 décembre ainsi que 2Frères, le lendemain, pour la soirée du réveillon. «En plus d’avoir bonifié les expositions de modèles réduits, on a ramené le village de Noël qui a été monté au Centre des services et rien que ça, ça vaut le déplacement. En plus, on a les spectacles à la Basilique et au Petit Sanctuaire sans compter la scène extérieure ajoutée cette année en collaboration avec la Ville de Trois-Rivières. Le soir du 31, on va avoir un spectacle, des feux d’artifice et DJ sur scène pour finir l’année. On attend beaucoup de monde pour ces deux soirées du 30 et du 31.»

Les activités de Noël en lumière vont se poursuivre jusqu’au 7 janvier avec les jardins illuminés, le marché du Sanctuaire sans compter les vendredis a cappella, les samedis folk et les dimanches classique jazz au Petit Sanctuaire. «Je pense que tous les événements qu’on organise au cours de l’année prennent graduellement de l’ampleur mais pour les 15 ans de Noël en lumière, on en a fait vraiment plus cette année et la population répond vraiment très bien.»