Les désaccordés du Cégep de Trois-Rivières représenteront l’institution trifluvienne lors de la finale nationale de Cégeps en spectacle samedi soir à Sorel-Tracy. Ce sont, de gauche à droite: Julien Chandonnet, Caroline Vasseur, Étienne Demers et William Boisvert.

Des Trifluviens en grande finale de Cégeps en spectacle

Trois-Rivières — L’ultime étape du concours Cégeps en spectacle, la finale nationale, aura lieu le samedi 27 avril à 19 h 30 à Sorel-Tracy. Parmi les 10 finalistes de cette 40e édition, on retrouve un groupe du cégep trifluvien qui présente son numéro sous le nom des désaccordés.

Le quatuor est formé des altistes Étienne Demers et William Boisvert ainsi que du violoniste Julien Chandonnet et de la violoncelliste Caroline Vasseur. Or, ces musiciens issus du Conservatoire de musique de Trois-Rivières, forment par ailleurs le quatuor à cordes Wooden Shapes qui offre ses services d’animation en Mauricie et sur la Rive-Sud dans un genre sérieux, conséquence de leur rigoureuse formation classique.

Par contre, dans le contexte peut-être un peu plus ludique de Cégeps en spectacle, les quatre jeunes artistes ont choisi d’explorer une facette un peu plus décoiffante de leur talent, comme l'indique Étienne Demers. «On a appelé le numéro Les désaccordés parce que l’idée, c’est que Caroline et moi commençons le numéro avec une musique très classique et nos deux autres partenaires viennent tout chambouler avec une musique rock lourde. On finit par tous interpréter la chanson Thunderstruck de AC/DC avec nos instruments classiques.»

«On voulait montrer un peu les possibilités des instruments en sortant des quatuors classiques habituels. Sur un arrangement que nous avons nous-mêmes réalisé, on donne une interprétation que je pense assez convaincante de cette chanson.»

Il faut croire que les jurys des deux premières étapes du concours ont partagé son opinion puisqu’ils se retrouvent aujourd’hui seuls à défendre les couleurs mauriciennes au plus haut niveau de ce concours qui a vu passer de nombreux artistes de scène aujourd’hui bien établis. Les porte-paroles de l’événement sont d’ailleurs, cette année, Martine St-Clair, Amélie Veille, Philippe Brach et Émile Bilodeau qui représentent chacun une décennie de l’histoire du concours.

«On a cherché à s’adapter à l’idée d’un spectacle en offrant un numéro qui sort du commun mais en même temps, on tient à donner une prestation musicale solide. On a aussi ajouté un aspect de mise en scène avec costumes pour bien appuyer le numéro et faire ressortir l’opposition entre les deux styles musicaux. C’était une première pour nous d’inclure de la mise en scène dans une prestation et on aime beaucoup.»

Ils n’ont pas poussé le numéro jusqu’à la comédie pure, même si l’humour prend sa place au début de la prestation mais ont su s’adapter à certaines exigences de la musique heavy metal en amplifiant leurs instruments.

«On n’est pas allés jusqu’à ajouter des effets de pédales ou de fuzz justement pour montrer qu’on peut interpréter pas mal n’importe quoi avec les instruments à cordes. Ça a plu aux juges et les remarques très édifiantes qu’ils ont faites du numéro, aussi bien à la finale locale qu’à la finale régionale, nous ont indiqué précisément sur quoi travailler pour l’améliorer. Le niveau de la compétition monte à chaque étape mais nous sommes prêts.»

«Peut-on gagner à la finale nationale? On ne le sait pas mais nous sommes confiants. Surtout, c’est un plaisir pour nous de développer un autre aspect de ce qu’on peut faire sur scène. Quoi qu’il arrive, on poursuit notre travail avec Wooden Shapes au sein duquel on fait du classique mais en intégrant aussi des musiques de films, de jeux vidéo et même nos propres compositions. Cégeps en spectacle est simplement une très belle expérience à ajouter à notre formation», d’indiquer celui qui étudie le violon depuis une dizaine d’années.

Fait intéressant, les Trifluviens retrouveront une autre Mauricienne lors de la finale puisque l’auteure, compositrice et interprète Cindy Bédard, de Saint-Tite, sera du jury.