L'enfant prodigue François Bellefeuille reviendra dans son patelin le 3 février et le 2 mars.

Des spectacles qui plairont à tous

L'arrivée de la nouvelle année est pour plusieurs l'occasion de préparer un nouveau calendrier de sorties culturelles. L'offre des salles de spectacles de la région est abondante et variée.
Du côté de la salle Thompson, on remarque notamment une programmation particulièrement intéressante côté théâtre avec des productions comme la comédie L'emmerdeur le 28 janvier, Pourquoi tu pleures? le 31 janvier, Le tour du monde en 80 jours, mettant notamment en vedette le Trifluvien d'origine Benoît Gouin (11 avril) ou l'éternelle Broue qui revient une fois de plus devant une salle comble le 13 avril.
L'humour occupe encore une place privilégiée avec plusieurs ténors comme Jean-Michel Anctil (16 et 17 février), Dominic Paquet (20 et 21 janvier), P.-A. Méthot (10 et 11 février) ou Peter McLeod (20 et 21 avril) qui peuvent se permettre deux représentations consécutives. On retient aussi l'enfant prodigue François Bellefeuille qui reviendra dans son patelin le 3 février et le 2 mars.
Événement du printemps, le retour du grand Patrick Bruel dans son spectacle Très souvent, je pense à vous... consacré en grande partie à des chansons de Barbara le 19 avril. Autre icône française, Julien Clerc sera à la salle Thompson le 2 juin.
Le directeur de la gestion et de la diffusion de la salle Thompson Claude Marchand constate que l'humour continue de tenir le haut du pavé dans la faveur populaire. «On remarque la présence de plusieurs spectacles qui se vendent très bien et notamment avec des humoristes qui ne sont plus de la relève mais qui demeurent jeunes: je pense à P.-A.-Méthot, Philippe Laprise (27 janvier), Philippe Bond (31 mars) ou Marianna Mazza qui non seulement se produit à la salle Thompson mais qui affiche pratiquement complet pour son spectacle du 26 mai.»
«En chansons, de moins en moins d'artistes osent s'attaquer à des salles d'envergure comme la salle Thompson, et dans ce contexte il fait bon revoir Patrick Bruel et Julien Clerc qu'on n'avait pas vus ici depuis très longtemps. Ce sont vraiment des événements un peu comme Le tour du monde en 80 jours au théâtre qu'on présente en collaboration avec la Corporation culturelle de Shawinigan comme cela avait été fait avec grand succès pour Moby Dick l'an dernier.»  
À la Maison de la culture, la programmation demeure variée mais on retient une belle saison en théâtre tant de la part des compagnies régionales que pour le volet du théâtre jeunesse, particulièrement intéressant.  
Soulignons par ailleurs une sélection de films du Festival international des films sur l'art présenté au Centre culturel Pauline-Julien du secteur Cap-de-la-Madeleine le 7 février et aussi une programmation qui commence à prendre forme à l'église St.James avec de la musique classique (Airs sacrés et Baroque français, le 12 février) comme populaire, avec Kroy, le 16 février. 
À Shawinigan, on n'est nullement en reste avec un dynamisme qui s'exprime dans une programmation qui semble déjà plaire au public. «Nous avons beaucoup de spectacles qui affichent presque complets et franchement, c'est très encourageant, d'indiquer le directeur général Bryan Perro. C'est le cas pour Charlotte Cardin (10 février), Safia Nolin (4 février), Jordan Officer (17 février), Susie Arioli (24 mars) ou Gabriella (11 mars), tous à la Maison de la culture Francis-Brisson. Alain Morisod et Sweet People réalise le même exploit mais à la salle Philippe-Filion (5 avril) tout comme l'humoriste Marianna Mazza (20 avril).»
Safia Nolin sera à Shawinigan le 4 février.
Le directeur général signale le spectacle Immortal Chi comme un grand événement de la saison avec ses 29 artistes chinois sur scène. La troupe présentera le spectacle le 26 mars mais sera en résidence à Shawinigan pendant quatre ou cinq jours de répétitions. «Ça s'inscrit dans le cadre de l'événement Passeport pour la Chine qui nous permettra aussi de voir une troupe spécialisée en marionnettes. La résidence de la troupe chinoise s'accompagnera d'ateliers et permettra aux gens de la région de profiter de leur expertise unique. Ça fait partie de notre approche visant à développer les artistes de chez-nous à travers notre mission de diffusion.» Autre exemple, la troupe de danse Gumboots Bourrask sera en résidence pendant une semaine en mars.
Par ailleurs, Perro affirme que le travail en marketing direct qui a été instauré par Culture Shawinigan commence à porter ses fruits. «De 70 membres privilèges, nous sommes passés à 933. On cible ainsi mieux notre clientèle. Globalement, je pense qu'on travaille mieux qu'on ne le faisait avant.» 
«Nous ne sommes plus en compétition avec Trois-Rivières. Ils ont un autre marché et une programmation qui reflète leur réalité. De notre côté, on doit se distinguer parce que les gens de Shawinigan vont volontiers assister aux spectacles à Trois-Rivières mais le contraire n'est pas vrai. On se doit donc d'être différent et je trouve qu'on y arrive de mieux en mieux.»
Les Cowboys Fringants seront à La Tuque le 25 mars.
Et dans d'autres salles...
En-dehors des salles de Shawinigan et Trois-Rivières, il s'en trouve de plus petites qui offrent une autre expérience de spectacles avec des programmations tout aussi riches.
À La Tuque, le complexe culturel Félix-Leclerc propose un beau menu. En humour, on retrouvera notamment, au cours de la saison, Alexandre Barrette (3 février), Mike Ward (21 mai) et Pierre Hébert (3 juin). On retient aussi en musique, Patrice Michaud (11 mars), les Cowboys Fringants (25 mars), Jonas and the Massive Attraction (8 avril) ou le spectacle d'humour des Tannants qui seront de passage en Haute-Mauricie le 6 mai.  
Au Théâtre Belcourt, de Baie-du-Febvre, on aime mélanger des spectacles d'artistes bien connus en humour comme en chanson mais on aime aussi offrir à la clientèle de la Rive-sud, des spectacles qui sortent des sentier battus. On pense notamment à De Gélinas à Mouawad présenté par le Théâtre de la Comédie Humaine. On y retrouve des personnages qui, par des extraits théâtraux, racontent l'évolution culturelle du Québec à travers son théâtre. Ce sera présenté le 11 mars.
En chanson, le spectacle Brassens, du groupe Hommage à Brassens, rend hommage au grand artiste en faisant honneur à son amour du jazz le 7 avril. Satie variations de Cordâme, sera présenté le 21 avril. Ses nombreux fans retrouveront aussi Patrice Michaud dans son Nouveau spectacle, le 29 avril ou Mononc'Serge le 24 mars. 
On fait aussi la place belle à l'humour avec plusieurs spectacles en rodage, dont ceux de Martin Perizzolo (26 mai) ou Joël Legendre (17 juin) de même qu'avec des spectacles pleinement rodés comme ceux de Guy Nantel, deux fois en octobre, ou Laurent Paquin, le 2 novembre.
La salle L'Grenier du Magasin général Lebrun de Maskinongé continue d'avoir du succès en misant sur une programmation recherchée avec, notamment, des spectacles de Louis-Jean Cormier (17 et 18 février), 2 Frères (3 et 4 mars), Chloé Sainte-Marie (11 mars), Matt Holubowski (31 mars), Jason Bajada (22 avril) ou Yann Perreau (28 avril) sans compter quelques chouchous comme Coco Méliès de retour le 20 mai.
Du côté du Rond Coin de Saint-Élie-de-Caxton, la programmation plus marginale mais non moins intéressante continue d'attirer de nombreux clients réguliers. On retrouve notamment des spectacles comme ceux de The Swindlers (14 janvier), Bradycardie (18 février), Pierrot Fournier qui chante Brel et Ferré (4 mars) ou Mea Culpa jazz, le 11 mars.
Sans oublier le Salon Wabasso de la Shop du Tou du Diable qui maintient une programmation musicale régulière avec entre autres, des invités comme The Planet Smashers (28 janvier), Fred Fortin (11 février) ou Let it Beatles, les 17 et 18 février ou They Call Me Rico le 3 mars.