Le réalisateur du film Les Barbares de La Malbaie, Vincent Biron, avec les deux têtes d’affiche du film, les acteurs Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Justin Leyrolles-Bouchard.

Des «Barbares» aux Cataractes

Shawinigan — Quelques jours avant la sortie en salle du film Les Barbares de La Malbaie, quelques-uns de ses artisans étaient de passage mercredi soir au Centre Gervais Auto de Shawinigan à l’occasion du match opposant les Cataractes aux Voltigeurs de Drummondville.

Les deux principaux acteurs du film, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Justin Leyrolles-Bouchard, sont allés rencontrer les partisans des Cataractes lors du premier entracte. Ils ont accordé une entrevue pouvant être entendue par l’ensemble des spectateurs.

Lors du deuxième entracte, c’était au tour du réalisateur du film, Vincent Biron, de se soumettre au même exercice. Les partisans des Cataractes ont également pu rencontrer les artisans des Barbares de La Malbaie.

Ce passage à Shawinigan s’inscrit dans une tournée de promotion du film qui sort le 22 novembre dans 34 salles de cinéma du Québec. Les artisans du film se sont déjà rendus dans d’autres arénas du circuit junior majeur.

Dans Les Barbares de La Malbaie, Justin Leyrolles-Bouchard incarne Jean-Philippe, un jeune de 16 ans qui rêve de devenir agent de joueur. Son premier client est son cousin Yves Tanguay, incarné par Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques. Cet ancien joueur de la LNH évolue désormais pour une équipe amateur, mais refuse d’accepter son déclin.

Même si le hockey est au centre de l’œuvre, le film Les Barbares de La Malbaie n’est pas comparable à Lance et compte ou encore Slap Shot.

Le hockey offre un prétexte au réalisateur Vincent Biron d’explorer la condition masculine et les relations entre les hommes.