Martin Perizzolo

De l’humour intelligent... assumé!

Si le nom de Martin Perizzolo ne vous est pas encore familier, son visage l’est sûrement. Celui qui incarne Benoît dans les publicités des Fromages d’ici ainsi que Jean-François (le gars qui ne joue jamais au tennis) dans les Beaux malaises, assume pleinement ce casting qui lui a servi de trampoline vers la popularité.

Son premier spectacle, intitulé Nous, qu’il présentera au Centre des arts de Shawinigan le 9 février, est un premier rendez-vous entre le public et l’humoriste. «Je suis conscient qu’il y a des gens qui sont assis là parce qu’ils m’ont vu dans les pubs de fromages et ils ont aimé ça. J’aborde ça dans le spectacle par le biais d’un minisondage qui me permet de demander aux gens d’où ils me connaissent.»

Le but n’est nullement de se détacher de l’image très stéréotypée de Benoît, Martin Perizzolo est très reconnaissant de ces rôles. «Ce sont tous des projets que j’ai adoré faire et que je suis super fier d’avoir faits», lance-t-il sans ambages. «Mon humour sur scène part de ce que j’écris, de ce que je suis directement. Tout comme les personnages, en fait, qui partent aussi de moi. Je vais chercher les qualités et les défauts que j’ai pour les exploiter, mais le travail de comédien et le travail d’humoriste sont très différents.»

En effet, c’est une façade bien distincte que l’humoriste présente. «À la base, j’ai un petit côté Pierre Légaré. Je me questionne beaucoup. C’est très cérébral. C’est mon premier réflexe. Après je fais un travail pour aborder les choses sous un autre angle. C’est drôle parce que beaucoup de monde me dit que je fais de l’humour intelligent. Je pense bien que oui. Je travaille fort mais même si on réfléchit, il y a des gags tellement niaiseux, c’est tellement cave. Je suis capable de faire aussi de l’humour très stupide. Il y a ce mix dans le show. Cet amalgame-là m’intéresse.»

Ce premier spectacle, il a attendu presque 20 ans après sa sortie de l’École nationale de l’humour pour le présenter. Ça ne l’a toutefois pas empêché de graviter dans le monde du showbiz. Monter sur la scène après tant d’années lui a permis de faire plusieurs constats. «C’est un spectacle super simple sans artifice mais la diffusion du spectacle est à grand déploiement et je vais à la rencontre du grand public. Cette rencontre me permet d’apprendre sur ce grand public. Les gens qui me voyaient sur scène avant étaient des fans d’humour qui avaient certaines connaissances du milieu, du monde de l’humour et de différents styles. Je suis confronté à un public plus large qui ne va pas nécessairement voir plusieurs shows dans l’année. Il y a une différence entre ce public plus large et un public plus pointu. C’est ce que je découvre à travers la tournée.»

Preuve que l’expérience n’a pas été trop traumatisante, il est déjà en écriture pour un prochain spectacle.

«J’ai envie que les gens aiment le show mais je veux rester moi-même sans jamais me trahir là-dedans. Le prochain show, je vais l’aborder différemment. Ce show-ci est très social. J’avais envie de parler d’environnement, de notre planète et de surconsommation. Mon but ce n’est pas de passer des messages mais j’avais envie de réfléchir sur ces choses-là. Je pense que ça a une valeur. Mais pour le prochain show, je vais me concentrer juste sur du drôle. Moins de messages. Parce que ça a autant de valeur faire rire les gens. Je me rends compte que c’est ce que les gens achètent aussi. Ils veulent un moment pour tout oublier et avoir du fun.»

En rafale

Humour

MARTIN MATTE

Eh la la..! | J.-Antonio-Thompson, 6, 7 et 8 février 20h

MICHEL BARRETTE

Drôle de vie | J.-Antonio-Thompson, 9 février à 20 H 

JAY DU TEMPLE

Le moyen tour | Théâtre du Cégep de Trois-Rivières, 10 février à 20 H 

LOUIS T

Objectivement parlant | Maison de la culture Francis-Brisson, 10 février À 20 H

MARTIN PERIZZOLO

Nous | Centre des arts de Shawinigan, 9 février À 20 H

Les grandes crues

L’Grenier du Magasin général Le Brun, 10 février À 20 h

Théâtre

LIM - LIGUE D’IMPROVISATION MAURICIENNE

Salle Louis-Philippe-Poisson, 6 février À 20 H 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM SUR L’ART

Projection | Centre culturel Pauline-Julien, 8 février À 19 H 30 

THÉÂTRE DES GENS DE LA PLACE

Le Doute de John Patrick Shanley | SALLE Louis-Philippe-Poisson 8, 9, 10, 11 février À 20 H 

Chanson

BEYRIES

Anaïs-Allard-Rousseau, 8 février À 20 H

LUDOVICK BOURGEOIS

Théâtre du Cégep de Trois-Rivières, 9 février à 20 H

ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE TROIS-RIVIÈRES

Roméo et Juliette | J.-Antonio-Thompson, 10 février à 20 H

Jeune public

KRONOS

La grande fête spatiotemporelle | Maison de la culture Francis-Brisson, 9 février