Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Look-up était un moment magique de la soirée.

DansEncore : dépaysement et magie

Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
DansEncore présentait vendredi la première de ses deux soirées de spectacle gratuit. Après un Gala mémorable, autant par sa composition que par le contexte dans lequel il a été créé, il n’était certainement pas farfelu de penser que cette soirée de vendredi allait également marquer le retour en force du Festival.

La programmation qu’on nous proposait était 100% québécoise mais avec une ouverture sur le monde qui a permis de faire un agréable voyage sur plusieurs continents. Le dépaysement était particulièrement senti lors de la présence de Taafé Fanga dans la première des trois parties qui composaient le spectacle. Les rythmes de l’Afrique de l’Ouest ont rapidement envahi le vaste Amphithéâtre Cogeco. Le plus chouette, c’est que le public ne s’est pas fait prier pour participer, à la demande d’un membre du groupe, à la rythmique en tapant gaiement des mains les bras en l’air. C’était déjà acquis que la salle avait le cœur à la fête.

Adriano & Samantha ont donc été accueillis en véritables stars eux qui se sont fait remarquer à Révolution et qui font dans la danse latine. C’était d’ailleurs une excellente idée de réaliser une entrevue avec eux durant la désinfection nécessaire de la scène. À ce chapitre Fabiola Toupin a fait un excellent boulot à l’animation et a permis de bien meubler ces transitions. Adriano Ieropoli et Samantha Scali donc, des vedettes de la salsa, trois fois champions du monde dans ce genre de danse, avaient plusieurs fans dans la salle qu’ils n’ont pas déçus. En plus d’offrir des performances dignes de la réputation qui les précédait, ils avaient toute une brochette d’invités qui les accompagnaient. Parmi eux plusieurs de leurs élèves de leur studio Novaera Productions mais aussi le Trifluvien François Pruneau et sa conjointe Julie Dombrowski qui ont fait une excellente prestation qui mariait complicité et dynamisme. Tous ces numéros qui permettaient de s’imaginer dans la capitale cubaine ou encore en plein festival de Rio de Janeiro défilaient avec une agréable fluidité. D’ailleurs, il n’y avait pas meilleure preuve que les danseurs sont extrêmement heureux de retrouver la scène et le public que ces cris de joie qu’on a entendus des coulisses lors de la fin de ce segment. Les célébrations enterraient même les applaudissements de la salle!

Mais le clou de la soirée, le moment qui s’imprègne dans votre tête autant que dans votre cœur et qui vous amène les larmes jusqu’au rebord du mascara, on le doit à Look-Up. Quand on parle «d’expérience impressionnante» sur le site de DansEncore, je peux vous garantir que ce n’est pas surfait. On parle de danse aérienne à la frontière du cirque qui permet des figures aussi époustouflantes qu’émotionnellement engageantes. Les cinq danseurs semblent carrément flotter au-dessus de la scène et du public, grâce aux pôles flexibles qui leur permettent de se balancer dans toutes les directions. Un moment de pure magie.

Ils seront de retour samedi pour le deuxième spectacle qui mettra notamment en vedette François Pruneau. Bien que la programmation du week-end affiche complet, il sera possible de voir une portion des soirées en direct sur la page Facebook du FIDE.

La magie DansEncore

À son arrivée dans l’enceinte de l’Amphithéâtre Cogeco, le public est accueilli par le Trio éphémère composée de trois danseuses qui improvisent sur une musique d’ambiance. Ce vendredi, j’ai été témoin d’un instant magique qui impliquait l’une de ces danseuses qui s’exécutait avec entrain devant une jeune fille aux yeux écarquillés. À un certain moment, la danseuse l’a invitée à se joindre à elle, à deux mètres, pour reproduire ses mouvements. Pendant plusieurs minutes, l’apprentie danseuse a imité minutieusement chaque mouvement sans se rendre compte que quelques passants l’observaient avec émerveillement. Voilà qui représente à la perfection DansEncore, un éclat de magie dans le cœur d’une petite qui sera, qui sait, peut-être une future grande danseuse.