Pour célébrer les vingt ans de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, on a dévoilé la nouvelle identité de l’organisme qui portera désormais le nom de Culture Trois-Rivières. On voit ici la présidente de l’organisme, Stella Montreuil, à gauche, en compagnie de la directrice générale Nancy Kukovica devant le nouveau logo.

Culture Trois-Rivières: nouvelle appellation, nouvelle image

TROIS-RIVIÈRES — La Corporation de développement culturel de Trois-Rivières célèbre cette année ses vingt ans d’existence et la chose a été soulignée mercredi soir de belle façon alors que sa direction a présenté sa nouvelle image de marque. L’organisme sera désormais identifié comme Culture Trois-Rivières avec une nouvelle identification visuelle.

À cette nouvelle identification vient s’ajouter un slogan qui résume en bien peu de mots le mandat de l’organisme: Agir pour la culture. Une capsule vidéo a aussi été présentée aux invités réunis à la maison de la culture trifluvienne dans laquelle seize personnes apparaissent pour inviter le public à entrer en contact avec la culture trifluvienne et à vivre intimement l’expérience qu’elle propose, quelle que soit sa forme.

Alors que le monde de la culture n’a jamais été aussi foisonnant, les lieux de diffusion et les intervenants si nombreux, il est apparu à la direction de la Corporation de développement culturel qu’il était temps de rassembler cet écosystème sous une appellation plus simple avec un logo aussi épuré que possible. L’allure est sobre, moderne, dynamique et reprend astucieusement le symbole du 3R qui en est arrivé à identifier la ville depuis quelques années. C’est la firme Acolyte Communication qui l’a réalisé.

«Après vingt ans, on avait envie de changer un peu, explique la directrice générale de Culture Trois-Rivières Nancy Kukovica. Notre image de marque n’a pas bougé depuis vingt ans et on sentait le besoin de la dynamiser pour qu’elle offre un meilleur reflet de ce que nous sommes devenus. L’organisme date d’avant la fusion municipale alors, il a forcément pris de l’ampleur avec l’agrandissement du territoire couvert et on est aussi passé de quelques lieux de diffusions à peine aux neuf lieux que nous gérons désormais. Nous supervisons aujourd’hui quelque 500 événements annuellement qui touchent pas moins de 240 000 spectateurs.»

Non seulement l’organisme a pris de l’ampleur, mais, en vingt ans d’existence, il a aussi évolué. Il s’est adapté à la réalité d’un monde de la culture en constante mouvance. «On voulait que notre image se renouvelle, d’où notre nouveau logo. On voulait aussi simplifier notre identité. Notre appellation de corporation de développement culturel était un peu longue et peut-être pas suffisamment claire aussi. Que sommes-nous? Nous sommes une organisation qui agit en culture. Ça tombait sous le sens de prendre le nom de Culture Trois-Rivières qui dit simplement dans quel domaine nous agissons et quel territoire nous desservons.»

Cela étant dit, légalement, l’appellation de Corporation de développement culturel de Trois-Rivières continue d’exister mais dans l’usage quotidien, elle sera désormais remplacée par Culture Trois-Rivières. «C’est une façon de rendre notre appellation plus simple mais aussi plus attractive pour le public», résume la dg.

Pour ce qui est de l’identité visuelle, elle apparaît tout aussi importante aux yeux de la direction. «On voulait vraiment unir et rassembler l’ensemble de nos lieux et de nos activités sous une même bannière. Les lieux de diffusion eux-mêmes ne changent pas: la salle Thompson demeure la salle Thompson comme la Maison de la culture reste la Maison de la culture mais on veut souligner que derrière ça, c’est une seule et même organisation qui intervient dans ces lieux de diffusion. Ça vient clarifier notre mandat aux yeux de tous.»

Au-delà de ces modifications, il reste qu’on célébrait jeudi vingt ans d’existence de l’organisme et la place qu’il en est arrivé à prendre au sein de la communauté trifluvienne. «On ressent un très grand sentiment de fierté, assure Nancy Kukovica. Je crois réellement que la culture contribue à la qualité de vie des citoyens et qu’on fait une différence dans le quotidien des gens. Sans compter qu’on participe activement au développement du sentiment d’appartenance. J’estime sincèrement que la culture contribue fortement à faire de Trois-Rivières ce qu’elle est et qu’elle est un élément important de l’identité de cette ville.»

Pour ce qui est du dynamisme de ce secteur, qu’il suffise de mentionner que la Ville reconnaît officiellement quelque soixante-quinze organismes culturels sans compter plusieurs autres qui interviennent ponctuellement. «Je pense que la culture prend de plus en plus de place dans la vie trifluvienne. L’importance de la culture est désormais reconnue et on le constate par les investissements que la Ville consent dans ce secteur. S’il y a une telle volonté politique, c’est qu’on reconnaît la place considérable que prend la culture dans la ville.»

Pour ce qui est du nouveau leitmotiv de l’équipe, «agir en culture», il vient rappeler que Culture Trois-Rivières ne se contente pas de chapeauter des actions mais en initie également. «Il est dans notre mandat d’accompagner, d’aider et de soutenir mais on ne doit pas oublier que nous sommes nous-mêmes générateurs de spectacles, d’expositions, d’activités scolaires, etc.»

Pour ce qui est de l’avenir, il demeure dans la lignée du développement entrepris. «On va continuer de travailler pour les citoyens pour les intéresser à toutes sortes de choses. On sait que le numérique prend de plus en plus de place et ça n’échappe certainement pas au milieu culturel. Je crois que nous avons un bel avenir parce que les Trifluviens démontrent un intérêt constant et même grandissant pour la chose culturelle.»