Éric Lord, le directeur général de Culture Mauricie.

Culture Mauricie se dote d’une politique contre le harcèlement

Trois-Rivières — Touchée de près par les récentes allégations de harcèlement et d’agressions sexuelles dans le domaine de la culture et des communications en raison de la nature de son organisation, Culture Mauricie se positionne sur la question. Elle se dote en effet d’une politique contre le harcèlement, en plus d’inviter le milieu culturel à emboîter le pas dans la même direction.

«C’est certain que notre décision a un lien avec l’actualité du moment concernant les scandales sexuels dans le milieu de la culture. Il y a aussi un constat qui démontre que notre domaine favorise ce genre d’agissements, en raison des nombreux travailleurs autonomes et des microentreprises qui y travaillent, ce qui fait en sorte de créer un lien de dépendance entre eux. C’est pourquoi, avec cette politique, on souhaite exercer notre leadership pour notre région dans ce domaine, en plus d’inviter le milieu culturel à se doter d’une telle politique, ou encore, à faire une déclaration sur le sujet», mentionne le directeur général de Culture Mauricie, Éric Lord. 

Dans la politique adoptée mercredi par le conseil d’administration de Culture Mauricie, qui est effective dès maintenant, on y trouve deux orientations bien précises, l’une touchant le conseil d’administration et les employés dans leurs rapports professionnels et leurs relations avec des tiers de l’organisme, tandis que le second point vise à offrir aux personnes victimes de harcèlement une boîte à outils et des ressources en matière de harcèlement.

«Le harcèlement constitue une violation des droits de la personne. En conséquence, Culture Mauricie s’engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter cette violation et apporter, le cas échéant, les correctifs qui s’imposent. Cette politique s’appuie sur les dispositions de la Charte des droits et libertés de la personne et vise à maintenir un climat exempt de harcèlement dans le but de protéger l’intégrité physique et psychologique des personnes, ainsi que la sauvegarde de leur dignité, contribuer à la sensibilisation, à l’information et à la formation du milieu culturel pour prévenir les comportements de harcèlement discriminatoire et fournir le soutien nécessaire aux personnes victimes de harcèlement en établissant une boîte à outils de recours et de ressources en matière de harcèlement», peut-on y lire dans un communiqué envoyé à l’intention des médias, jeudi.

«Je souhaite que cette politique puisse faire en sorte de prévenir et de gérer efficacement les éventuelles situations de harcèlement. Elle vient assurément confirmer notre volonté de conserver un climat sain et harmonieux pour toutes les parties prenantes de notre organisme. J’espère aussi que cette politique soit source d’inspiration et que les outils proposés puissent être utiles pour tout le milieu», souligne la présidente de Culture Mauricie, Sandie Letendre.

Concrètement, avec cette nouvelle politique en matière de harcèlement, Culture Mauricie s’engage à ne tolérer aucune forme de harcèlement, qu’il soit sexuel, racial ou fondé sur tout autre motif discriminatoire, en plus de protéger les employés victimes de tels gestes ou tout membre de son personnel contre le harcèlement, par le biais d’un mécanisme interne de recours. 

«Si des gestes de harcèlement sont posés à l’égard d’un employé de Culture Mauricie, on va le référer au comité exécutif qui prendra les actions pertinentes pour régler le problème soumis et appliquer les sanctions nécessaires», précise M. Lord.

Rappelons que Culture Mauricie regroupe les personnes et les organismes qui contribuent de façon professionnelle à la vie artistique et culturelle de la Mauricie.