La directrice générale de Culture 3R Nancy Kukovica a tracé jeudi un bilan très positif de l’année 2018 pour l’organisme qu’elle dirige.

Culture 3R: une année 2018 réjouissante

Trois-Rivières — Culture 3R a procédé à un bilan de ses activités en 2018 et force est d’admettre que l’année a été bonne. Un chiffre pour illustrer ce succès? On a rejoint un nombre record de 263 818 personnes à travers les différents événements chapeautés par l’organisme.

Au-delà des chiffres qui ne disent jamais tout, la direction de Culture 3R se dit convaincue d’avoir augmenté la visibilité de la culture et intensifié son rayonnement en vertu d’une multitude d’activités, dont plusieurs nouveautés suivant principalement deux axes: la famille et le numérique.

On a ainsi assisté à un virage numérique qui a notamment donné naissance à la toute première BD numérique: La saga des Trois-Rivières dont le premier tome, Territoires indomptés a connu un beau succès notamment dans diverses écoles de la ville. Autre nouveauté qui a valu un prix d’excellence de la Société des Musées du Québec à ses concepteurs, c’est Mission papetier, une façon nouvelle et ludique de visiter Boréalis avec l’aide d’une tablette numérique. On note également la présentation de la première exposition numérique interactive au Centre culturel Pauline-Julien qui s’impose de plus en plus comme le pôle privilégié de diffusion numérique dans les établissements relevant de Culture 3R.

Ces nouveautés sont, à certains égards, liées à la famille puisqu’en touchant le numérique, on rejoint souvent les petits qui entraînent eux-mêmes les parents dans leur sillon. Or, la famille est l’autre axe de développement sur lequel Culture 3R a tablé en 2018. Des activités comme la Visite avec un ancien ou Ma première visite au musée, toutes deux à Boréalis auront contribué à attirer des familles entières. Toujours destinée aux bambins, l’activité Contes élus par laquelle des élus municipaux sont allés raconter une histoire à des petits d’un CPE sur leur territoire a été un succès qui sera repris en 2019. L’instauration du chariot d’animation au Centre d’exposition Raymond-Lasnier a également permis d’initier de façon ludique les petits à l’art visuel.

Dans un autre ordre d’idée, dans les arts de la scène, les 537 représentations qui ont eu lieu en 2018 ont touché 189 120 spectateurs. On calcule d’ailleurs que 40 spectacles présentés sur une ou l’autre des scènes de Culture 3R ont été présentés à guichet fermé incluant des spectacles de Martin Matte, Lise Dion, Fred Pellerin, Émile Proulx-Cloutier, Émile Bilodeau ou la pièce de théâtre J’aime Hydro.

Au chapitre des expositions d’arts visuels, il faut retenir celle consacrée à Marius Barbeau, celle de Guy Langevin ou l’imposante rétrospective de l’œuvre de Pierre Landry. L’exposition itinérante Femmes de papier conçue ici, a commencé son périple à Alma pour se poursuivre au cours de 2019. MP10 Une machine en transformation a également recueilli d’excellents commentaires à Boréalis.

Malgré les pépins rencontrés, les vélos musicaux sont considérés comme un succès qu’on reprendra en 2019 mais cette fois, au parc Lambert.

Il serait illusoire de penser faire le tour des activités de Culture 3R en 2018 dans un seul texte mais ce qu’il faut retenir, c’est que ce fut une année faste pour sa directrice Nancy Kukovica. «2018 a fait agir pour la culture en continuité dans une année diversifiée où plusieurs initiatives ont positionné la technologie et la culture tout en donnant un accent particulier à la famille. À travers nous, c’est Trois-Rivières tout entière qui rayonne par son offre culturelle.»

«Ça faisait un bout de temps qu’on cherchait comment intégrer le numérique à nos activités, de poursuivre la directrice générale. Dans nos réflexions, il était important de trouver comment faire en sorte que le numérique soit toujours au service de la culture et non l’inverse. On a pris du temps à regarder ce qui s’est fait un peu partout pour être sûrs de choisir les approches les plus pertinentes. Si nos activités numériques ont visé surtout la famille cette année, il ne faut pas penser que ça va demeurer notre axe exclusif dans le futur: ça va s’élargir. Il reste que l’année 2018 a été marquante dans notre développement numérique, les initiatives qu’on a prises ont été bien ciblées et la réponse a été très bonne ce qui fait qu’on va poursuivre dans la même veine.»

«La fréquentation a été très bonne au cours de la dernière année et elle a aussi été variée aussi bien dans la nature de l’offre que pour ce qui est des lieux de diffusion ou des catégories de publics touchés. On le voit comme un succès particulièrement réjouissant parce qu’il témoigne de la pertinence de nos orientations.»